10.000 manifestants à Bruxelles contre les violences faites aux femmes

La manifestation qui a débuté dimanche en milieu de journée au carrefour de l'Europe, dans le centre de Bruxelles, a rassemblé 10.000 personnes contre les violences faites aux femmes, à la veille de la Journée internationale consacrée à cette problématique, selon les estimations de la police.

La plateforme Mirabal, qui réunit une centaine d'organisations de la société civile, était à l'origine de l'appel à manifester dans la capitale. Elle demande une gestion plus efficace de toutes les formes de violences visant les femmes.

Une manifestation similaire avait rassemblé 5.000 personnes l'an dernier.
Les manifestants s'étaient réunis sur la place face à la gare centrale vers 14h00.
Selon le blog Stop Féminicide, créé par des associations féministes, 21 femmes ont déjà été tuées en 2019 en Belgique "parce qu'elles sont femmes". Les noms de ces 21 victimes ont été récités avant le début de la marche, suivis d'un moment de silence puis d'un "cri de colère".

Le long du parcours, des paires de chaussures rouges apparaissent, symbolisant ces femmes tuées.

La plateforme Mirabal exige entre autres la concrétisation de la Convention d'Istanbul, texte du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et contre la violence domestique. Il a été ratifié par la Belgique en 2016, mais les associations estiment qu'il n'a eu que peu d'effets concrets chez nous.

Samedi, des marches d'ampleur ont eu lieu à travers l'Europe, comme à Paris et à Rome où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté leur colère face aux féminicides et faits de violences à l'encontre des femmes, souvent à l'intérieur de la famille ou du couple.