La ministre flamande de la Justice dégage 6 millions d’euros pour lutter contre les violences sexuelles

La ministre flamande de la Justice, Zuhal Demir (N-VA) a annoncé ce week-end qu’elle allait dégager un budget de six millions d'euros par an, à partir de 2020, pour les assistants de justice chargés de dossiers de violences sexuelles. Outre l'aide aux victimes, ces moyens supplémentaires serviront aussi aux thérapies destinées aux délinquants sexuels et au suivi de ceux qui ont bénéficié d'une libération conditionnelle.

Samedi dernier, la ministre flamande a participé à Anvers à une table ronde sur les violences sexuelles organisée par l'association Zonta, qui œuvre à l'amélioration du statut des femmes.

Zuhal Demir a déclaré vouloir faire de la lutte contre les violences sexuelles une priorité de son mandat. Le budget qu'elle y consacre doit servir à améliorer l'accompagnement juridique des victimes mais aussi le suivi des auteurs, dans et en dehors des prisons.

"Nous devons mieux suivre les auteurs de violence sexuelle", a-t-elle indiqué en marge de la table ronde qui lançait les ’16 Jours d’Activisme contre la Violence faite aux Femmes". "Nous avons trop longtemps fermé les yeux", a-t-elle poursuivi. "Les pays scandinaves ou les Pays-Bas sont par exemple bien plus loin que nous en ce qui concerne les thérapies des délinquants sexuels. Mieux suivre les auteurs permettra de diminuer le risque de récidives", a précisé Zuhal Demir.

Soutien aux victimes

La Flandre compte actuellement un centre d’accueil pour les victimes de violence sexuelle à Gand. Anvers et Louvain devraient bientôt également en ouvrir un au sein d’un établissement hospitalier.

"Le seuil qui mène à chercher du soutien et porter plainte doit baisser", a encore indiqué Zuhal Demir. La ministre estime en outre que les assistants de justice jouent un rôle important dans l’aide aux victimes, et que la somme investie doit leur permettre à améliorer les conditions de leur travail.

Les plus consultés