La police a saisi au Musée M de Louvain des œuvres d’art volées

Le musée des beaux-arts de Louvain (Brabant flamand), qui a ouvert ses portes il y a 10 ans au centre de la cité universitaire, présente actuellement une exposition intitulée "Borman et fils", consacrée au maître-sculpteur sur bois Jan II Borman (fin 15e - début 16e siècle) et sa famille. Six des quelque 120 œuvres qui sont exposées ont été saisies par la police. Elles auraient en effet été volées. Prêtées par un musée de Rotterdam (Pays-Bas), ces statuettes se trouvaient en effet à l’origine dans un église du Hainaut. Elles y ont été dérobées en 1914.

Les œuvres saisies par la police au Museum M sont six statuettes de bois datant du 16e siècle - sculptées vers 1520 par Pasquier Borman - et faisant partie d’un retable de l’église Saint-Géry à Boussu-lez-Mons, dans le Hainaut. Elles y ont été dérobées en 1914. Deux ans plus tard, les deux voleurs ont été condamnés à une peine de prison de six mois et une amende de 700 francs, mais les figurines n’avaient jamais été retrouvées.

Dans les années 1960 et 1970, ces statuettes de bois ont refait surface et changé de propriétaire. Finalement, un homme d’affaires de Utrecht (Pays-Bas) les offrait en 2006 au musée Boijmans Van Beuningen. La fabrique d’église hennuyère réclamait alors le retour des sculptures à Saint-Géry.

Depuis lors, le musée de Rotterdam et la fabrique d’église négocient la restitution des œuvres d’art. Profitant de leur prêt au musée louvaniste, la fabrique d’église a fait saisir les six figurines.

Une saisie en douceur

"Tout a commencé vendredi dernier", indiquait Hanne Grégoire du Museum M à la VRT. "Nous avons reçu une plainte et la police est ensuite venue saisir les œuvres concernées. Une saisie douce, car on ne peut pas simplement enlever des statuettes datant du 16e siècle. Il faut les conserver dans des conditions climatologiques appropriées".

"Dans cette affaire, on ne peut rien reprocher au Museum M. Nous avons respecté les accords internationaux concernant les prêts d’œuvres. La dispute implique le musée Boijmans Van Beuningen et la fabrique d’église de Boussu-lez-Mons", précise Hanne Grégoire.

Concrètement, cette saisie en douceur signifie que les statuettes pourront encore être admirées à Louvain au moins jusqu’à la fin de l’exposition, le 26 janvier 2020. On ne sait pas encore vraiment ce qu’il adviendra des six œuvres d’art volées après l’exposition.

A l’origine, les sculptures devaient être envoyées à l’Institut royal pour le patrimoine artistique afin d’y être restaurées. Mais il n’est pas certain que cette restauration puisse avoir lieu. Lorsque l’église Saint-Géry disposera des conditions climatologiques nécessaires, le musée néerlandais devrait se montrer prêt à restituer les figurines volées il y a 105 ans, indiquait son directeur Sjarel Ex.

Lors d'une expertise réalisée il y a 10 ans, la valeur des statuettes de Borman avait été estimée à 135.000 euros.