Chargement lecteur vidéo ...

Stefaan De Clerck conspué par des travailleurs mécontents de Proximus

Les syndicats chrétien et socialiste ont mené une action mercredi matin devant le siège social de Proximus à Bruxelles. Des dizaines de travailleurs ont ainsi protesté contre le plan de la direction prévoyant initialement la suppression de 1.900 emplois et l'engagement sur une période de trois ans de 1.250 personnes. Ces derniers jours, plusieurs actions spontanées ont été organisées au sein du groupe de télécom. La commission paritaire qui s’est tenue aujourd’hui n’a pas abouti à un accord.

Les syndicats socialiste et chrétien avaient déjà annoncé leur rejet du plan de transformation/restructuration de la direction. Le syndicat libéral est en revanche en faveur du plan mais la majorité des deux tiers requise pour son approbation était hors d'atteinte en l'absence d'accord des deux autres syndicats.

Comme attendu, aucune majorité des deux tiers n'a pu se dégager sur un accord social au sein de l'entreprise de télécoms.

De Clerck conspué

Dès 7 heures ce matin, les syndicats socialiste et chrétien ont tenu une action de protestation au siège social de l'opérateur. Le président du conseil d'administration de Proximus, Stefaan De Clerck, qui est également président de la commission paritaire, a été conspué par des travailleurs mécontents à son arrivée au siège de l'entreprise.

Dans une réaction, la société indique regretter qu'une majorité n'ait pas pu se dégager pour approuver le plan de transformation.

La suite des évènements n'est pas très claire. Elle dépendra probablement des décisions prises lors du conseil d'administration. Celui-ci pourrait décider de passer outre l'avis de la commission paritaire et mettre en œuvre le plan, ce qui déclencherait probablement de très importantes tensions sociales au sein de l'entreprise. Il pourrait également opter pour une nouvelle négociation. Il serait ainsi question d'une réunion de concertation avec les syndicats prévue jeudi.