Le parc de Laeken ouvrira-t-il un jour ses portes au public ?

La Donation royale a la possibilité d'ouvrir le parc de Laeken au grand public, même si ses grilles restent actuellement fermées. C’est ce qui ressort d'une note interne des autorités, relayée par le consortium formé par des journalistes de VRT NWS, De Tijd, Knack et Apache. L'État dépense chaque année un million d'euros pour entretenir le domaine.

Poumon vert de la capitale avec quelque 180 hectares de verdure, le parc royal de Laeken - le jardin du roi Philippe et de sa famille - n'est ouvert au public que trois semaines par an, lorsque celui-ci est invité à admirer les serres du domaine. Le visiteur paie alors son entrée 2,50 euros.

Ces dernières années, des voix se sont élevées de plus en plus nombreuses pour réclamer l’ouverture permanente du parc royal au grand public. Divers partis politiques, de toutes les tendances, ont présenté des projets de résolution à ce sujet, alors que des mouvements citoyens sont favorables à cette idée.

Le parc de Laeken est la propriété de l'État à 49% et de la Donation royale à 51%, censée être une "institution publique indépendante". Il n'appartient donc pas à la famille royale, à l'image du château de Laeken où réside le souverain. C’est la Régie des bâtiments qui met le par cet le château à la disposition du roi Philippe, la reine Mathilde et leurs quatre enfants.

Une note interne

Début novembre, le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), en charge de la Régie des Bâtiments, a porté à l'attention du Parlement et des journalistes une note interne de la Régie remontant à 2017. Cette note indique que le domaine de Laeken peut effectivement être accessible au grand public, mais uniquement si la Donation royale y consent.

La question est toutefois sensible car il s'agit du dernier endroit où la famille royale jouit d'une totale intimité, rappellent plusieurs sources internes. "Il y a en outre un grand parc juste en face", soulignent ces dernières. La Régie des Bâtiments propose deux scénarios : soit la Donation royale parvient à un accord avec la Régie, qui gère l’autre moitié, soit la Donation vend sa part du domaine à l’Etat belge, afin que la Région puisse décider d’une éventuelle ouverture du parc au public.

La note ne dit rien de coûts éventuels qui seraient liés à l’ouverture du parc à la population. Dans la lettre au Parlement qui accompagnait cette note, le ministre Geens se montre néanmoins critique envers sa propre administration, lui reprochant ses manquements, des « erreurs factuelles » et une note incomplète. Le ministre conclut en affirmant que la Régie des bâtiments n’a "aucune compétence" pour ouvrir le par cet ne peut donc lancer les négociations à ce sujet.

L'entretien du domaine de Laeken coûte annuellement un million d'euros au contribuable. Il y a 120 ans, le roi Léopold II précisait dans les conditions de sa donation que le terrain devait "contribuer à la santé publique dans une région densément peuplée".

Les plus consultés