Georges-Louis Bouchez élu président du MR: "Les libéraux seront du côté de la solution"

Le sénateur Georges-Louis Bouchez est le nouveau président du MR. Le sénateur montois a été élu vendredi au second tour contre Denis Ducarme en recueillant 62% des voix. A 33 ans, Georges-Louis Bouchez est parvenu à capitaliser le soutien de nombreux "barons" du parti. Effectuant ses premières déclarations concernant la formation d’un nouveau gouvernement, il a souligné que "les libéraux seront du côté de la solution".

Georges-Louis Bouchez a été à la tête du MR avec 62% des suffrages, contre 38% à Denis Ducarme.

L'une des premières tâches du successeur de Charles Michel - intronisé ce vendredi président du Conseil européen, une fonction qu'il prendra officiellement dimanche – a été de désigner les remplaçants au vice-Premier ministre libéral et ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders, lui aussi en partance pour l'Europe en tant que commissaire.

A l’issue du scrutin, Charles Michel s'est félicité de la manière dont s'est déroulé le processus électoral interne, saluant le "débat vif et intense" entre les candidats. "Nous avons un MR en ordre de marche. Cette élection était une occasion de se rassembler et d'être tourné vers l'avenir", a-t-il ajouté, avant de féliciter le nouveau président, "un jeune avec du tempérament et du talent" pour affronter les défis à venir.

"Non" au communautaire

Georges-Louis Bouchez doit à présent rapidement prendre part pour le MR aux travaux en vue de la formation d'un gouvernement fédéral. "Les libéraux seront du côté de la solution", a-t-il déclaré vendredi soir.

En ce qui concerne ses préférences en matière de coalition, le Montois a rappelé que son parti ne comptait pas être séparé de l'Open VLD dans un éventuel attelage gouvernemental. Quant à la possibilité d'un nouveau gouvernement avec la N-VA, il s'est dit disposé à travailler avec les nationalistes flamands s'ils souhaitent avancer sur le socio-économique. Par contre, s'ils entendent faire du communautaire, "ce ne sera pas avec le MR", a-t-il réitéré.