Etude PISA : les capacités de lecture des jeunes Flamands ont diminué

Les compétences en matière de lecture des jeunes Flamands de 15 ans ont diminué plus fortement en trois ans que jamais auparavant. C'est ce qui ressort clairement de la nouvelle étude PISA, une étude internationale qui évalue, tous les trois ans, les compétences des jeunes de 15 ans dans 79 pays.

Non seulement les résultats en lecture sont moins bons, mais les élèves flamands obtiennent également de moins bons résultats que par le passé en mathématiques et en sciences.

En Flandre, près de 5.000 jeunes de 15 ans ont été testés dans quelque 170 écoles pour cette étude. Et les résultats ont considérablement chuté, surtout en lecture : pour la première fois, la Flandre ne fait plus partie du top 10. Et le nombre d'élèves qui n'atteignent pas le niveau minimum augmente également, a expliqué à la VRT la chercheuse Inge De Meyer.

"En ce qui concerne les mathématiques, la Flandre obtient 518 points et recule dans le classement international, cédant sa première place de la classe européenne à l'Estonie".

"Pour les mathématiques, nous sommes encore dans le sous-top, mais là aussi, comme pour les sciences, le score moyen est moins bon et nos meilleurs mathématiciens ont presque diminué de moitié".

L’école flamande a aussi pour caractéristique de conforter les inégalités sociales, jouant assez peu son rôle d'ascenseur social. La Communauté flamande est ici l'un des plus mauvais élèves en la matière, aux côtés de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la France, de la Hongrie et du Luxembourg, selon l'étude.

Le ministre flamand de l'Éducation Ben Weyts (N-VA) estime que ces résultats doivent avoir l'effet de nous réveiller. Le ministre souhaite mettre l'accent sur les nouveaux résultats d'apprentissage renforcés en néerlandais et sur les mêmes tests pour toutes les écoles afin de mesurer les résultats d'apprentissage.

Le programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) mesure depuis 2000 les performances des jeunes en lecture, en mathématiques et en sciences, avec un focus plus marqué sur une de ces matières à chaque édition - la lecture cette année.

L'étude PISA ne teste pas les programmes scolaires mais l'aptitude des élèves à appliquer les connaissances acquises à l'école dans des situations de la vie réelle, ainsi qu'à analyser, raisonner et communiquer de manière efficace. Pour ce faire, les jeunes sondés pour l'étude ont tous reçu les mêmes questionnaires.

Comme lors des précédentes éditions, l'étude 2018 confirme l'excellente performance des pays asiatiques.

A noter particulièrement cette année, la prestation de la vaste zone chinoise formée par Pékin, Shanghaï, Jiangsu et la province du Zhejiang (180 millions d'habitants au total), qui décroche la première place au classement PISA, reléguant l'ancien leader Singapour à la seconde place du classement mondial.

Au niveau des membres de l'OCDE, ce sont le Japon, l'Estonie, la Finlande et le Canada qui se révèlent les plus performants.