Michael Bodmann

Au moins 400.000 ménages menacés de précarité énergétique

La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG) estime qu'au minimum 400.000 ménages sont aujourd'hui concernés par les hausses du prix de l'électricité, selon son nouveau rapport cité jeudi dans le quotidien Le Soir.

On parle de précarité énergétique lorsqu'un ménage dépense plus de 10 % de son revenu net disponible (budget hors logement) à sa facture de gaz et/ou d'électricité.

Ce sont les familles monoparentales et les personnes isolées qui trinquent le plus. Particulièrement si leurs revenus sont bas ou si elles sont plus dépendantes de l'électricité que du gaz (l'augmentation du prix du gaz, hors inflation, s'établit à 2,4 % entre 2007 et 2018).

Selon les chiffres de la CREG, entre 40 et 50 % des familles monoparentales et entre 20 et 30 % des personnes isolées entrent dans la case "précaires". Pour seulement 2 % des ménages de deux adultes et 6 à 10 % des ménages de deux adultes avec deux enfants à charge.

Les plus consultés