Le budget pour le sport de haute compétition majoré de 2 millions d’euros par an

Le ministre flamand des Sports, Ben Weyts (N-VA), a rendu vendredi soir une visite éclair aux sportifs belges qui prennent actuellement part au stage olympique à Belek, en Turquie. Il a esquissé les grandes lignes de sa future politique, lors de ses entretiens avec les sportifs flamands, et a notamment annoncé que 2 millions d’euros supplémentaires seraient alloués chaque année au sport de haute compétition en Flandre.

" Je trouve important que le nouveau ministre des Sports viennent rendre visite aux sportifs en stage à Belek", déclarait Ben Weyts vendredi soir, tout en soulignant qu’il a reçu des moyens supplémentaires de la part de son gouvernement pour tous les domaines qui lui ont été attribués, à savoir les sports, l’enseignement, le bien-être des animaux et la périphérie bruxelloise.

Pour le sport de haute compétition, le budget annuel sera majoré de 2 millions d’euros pour atteindre un total de 26 millions d’euros par an. En plus de cela, 10 millions d’euros sont prévus pour des investissements dans l’infrastructure des sports de haut niveau. "Ce qui veut dire que pour la législature à venir nous aurons au total une marge de 140 millions d’euros. Je pense que c’est une très bonne chose”, déclarait Weyts.

Selon lui, des investissements dans les infrastructures sont nécessaires parce que "les athlètes ont un impact important sur la société" grâce à leurs prestations. Il qualifie cela d’"effet boule de neige". Ce qui veut dire que "les prestations de nos athlètes amènent les gens à bouger davantage et à faire du sport. Quand on voit que le nombre de membres de la fédération de gymnastique est passé en quelques années de 100.000 à 120.000, on peut réellement parler d’un effet Nina Derwael. Et l’on peut dire la même chose du hockey".

Sept médailles pour les sportifs flamands à Tokyo ?

Ben Weyts souligne aussi l’importance de se concentrer sur les athlètes qui peuvent atteindre le top 8 mondial. « Le contraire de notre politique est ce que j’appelle la politique sucre impalpable. On répand un peu de sucre impalpable sur une tarte et tout le monde est content qui a reçu un peu de sucre. Mais ce dernier est écarté en soufflant dessus. C’est pourquoi nous continuons à investir dans les athlètes qui ont le talent et l’ambition de se hisser dans le top 8".

D’après Ben Weyts, la politique menée ces dernières années a permis à la politique flamande du sport de haute compétition d’enregistrer de beaux succès. "Nous avons grandi en largeur - et je songe à des sports tels que le taekwondo - et en profondeur, parce qu’un nombre croissant de nos athlètes sont susceptibles de décrocher une médaille".

"D’après les pronostics de Gracenote, la Flandre pourrait décrocher 7 médailles aux Jeux Olympiques de Tokyo. C’est énorme si l’on songe au passé. Mais qui suis-je pour contredire un bureau international réputé ?".

Le minisre Ben Weyts (à dr.) avec l'athlète Jonathan Sacoor (Belgian Tornado)