Gand, Bruges et Louvain appellent l’ambassadeur polonais à agir contre les "zones interdites aux LGBT"

Gand, Bruges et Louvain ont décidé de rappeler l’ambassadeur polonais en Belgique à l’ordre. Le mois dernier, différentes villes et communes polonaises avaient annoncé la création de zones dans lesquelles les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres ne sont pas les bienvenues. Les trois villes flamandes ont dénoncé une mesure choquante et exigent l’arrêt de cette violation des droits humains.

Ces dernières semaines, le gouvernement polonais a encouragé les communes, provinces et régions du pays à créer ce genre de zones. Pas moins de 87 administrations polonaises ont ainsi adapté leur loi et se sont déclarées "libres de LGBT". Des autocollants affichant ce même messages ont par ailleurs été placardés sur les façades de nombreux hôtels et restaurants.

"Les citoyens doivent pouvoir être eux-mêmes"

L’échevine de l’Egalité des chances à la ville de Louvain a exprimé sa stupéfaction face aux nouvelles arrivant de Pologne. "En tant que ville qui porte haut les droits des êtres humains, et donc aussi des LGBT, il nous est important de nous faire entendre", a réagi Lies Corneillie.

"Nous ne voulons pas uniquement veiller à ce que nos habitants puissent être eux-mêmes, nous trouvons qu’il est également de notre devoir de faire entendre notre voix lorsqu’ils ne peuvent pas l’être dans d’autres villes. C’est pourquoi, avec les villes de Bruges et de Gand, nous allons demander à l’ambassadeur d’agir", a-t-elle ajouté.

Rainbow Cities Network

Gand, Bruges et Louvain sont toutes trois membres du réseau européen Rainbow Cities Network. Lies Corneillie espère que d’autres villes et communes prendront exemple en mettant à leur tour la pression sur les autorités polonaises. "Nous espérons que d’autres membres réagiront, et que cela mènera à une discussion", précise l’échevine.

Les trois villes flamandes appellent à la suppression de ces zones ainsi des autocollants qui y sont associés, et exigent la fin de cette violation des droits humains.