Pour le vice-Premier ministre Clarinval (MR), ce sera l’arc-en-ciel avec CD&V, ou de nouvelles élections

Les libéraux abandonnent l'idée d'un gouvernement fédéral autour du PS et de la N-VA pour privilégier un arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes) élargi au CD&V. C’est ce qu’a déclaré le vice-Premier ministre David Clarinval (MR) dans les colonnes de La Libre et de la Dernière Heure ce samedi. Si cela s'avère impossible, ce sera les élections.

"En faisant en sorte d'être isolé, Bart De Wever est en train de devenir le père de l'arc-en-ciel...", déclare le ministre du Budget et de la Fonction publique.

"Ça va faire un an que le gouvernement Michel est tombé. Il est temps de prendre le taureau par les cornes", a-t-il précisé.

Tant l'hypothèse d'une alliance PS-N-VA que celle d'une Suédoise (N-VA, MR, CD&V, Open VLD) sont impossibles, selon lui. "Que reste-t-il? L'arc-en-ciel. Mais l'arc-en-ciel classique, avec 76 députés sur 150, on estime, au MR, que c'est trop court. Il faut donc ajouter un parti flamand, ce qui, en plus, équilibre la proportion entre francophones et flamands. Si c'est le CD&V, on a des proportions acceptables. Enfin, le quatrième scénario, ce sont les élections."

Par ailleurs, David Clarinval souligne que la note élaborée par Paul Magnette (PS) lors de sa mission d'information devra être adapté dans le sens des libéraux, être "plus équilibrée" pour pouvoir aboutir à un véritable accord.