Mort inopinée du célèbre artiste anversois Panamarenko

L’artiste anversois Panamarenko, de son vrai nom Henri Van Herwegen, est décédé de façon inopinée à l’âge de 79 ans. Panamarenko est considéré comme l’un des plus importants artistes plasticiens belges de la seconde moitié du 20e siècle. Ses oeuvres ingénieuses et excentriques étaient fortement inspirées par les engins mécaniques et le rêve de pouvoir voler.

C’est au cours des années 60 que Henri Van Herwegen adopte le nom de Panamarenko, un raccourci de Pan American Airlines and Company.

Dès les années 70, Panamarenko se lance dans la construction d’innombrables modèles réduits de véhicules imaginaires, avions, ballons ou hélicoptères, dont les formes originales sont des plus surprenantes. Ces œuvres constituent des variantes du rêve du personnage de la mythologie grecque Icare de pouvoir voler un jour.

Durant la période 1969-1971, Panamarenko construit le zeppelin "The Aeromodeller". En 1990, il réalise son premier "Archaeopterix", une poule intelligente inspirée d’un modèle d’oiseau préhistorique. En 1996, il présente son sous-marin "Pahama Novaya Zemblaya".

Une œuvre entre rêve et réalité

L’œuvre de Panamarenko est basée sur le rêve archétypique des jeunes : pouvoir voler. Ses inventions fantaisistes et ses machines sculpturales sont inspirées par les insectes, les oiseaux et les vieux avions, ainsi que par les engins de terre, de mer et de l’espace.

Son travail est le résultat de sa force d’imagination et se situe ainsi entre le rêve et la réalité. L’artiste avait par ailleurs une forte admiration pour plusieurs de ses congénères, dont Marcel Broodthaers, Joseph Beuys, Bruce Nauman et Pablo Picasso.

(Faux) retrait de la vie artistique

En 2005, lors de l’ouverture d’une grande exposition rétrospective de son œuvre à Bruxelles, Panamarenko annonce qu’il met un terme à son travail en tant qu’artiste actif. Quelques années plus tard, en octobre 2011, il présentera tout de même encore une monumentale œuvre flottante intitulée "Le balancement des crabes".

En 2012, l’ancienne habitation de Panamarenko, offerte par l’artiste au musée d’art contemporain d’Anvers (Muhka), ouvre ses portes au public et donne vie au biotope excentrique de Panamarenko. Le lieu garde aujourd’hui encore tout l’esprit de l’artiste inventeur.

Mise à l’honneur en 2020

Une série d’endroits à Anvers avaient prévu de mettre Panamarenko à l’honneur en 2020, à l’occasion de ses 80 ans qu'il aurait fêtés le 5 février prochain.

Ses œuvres les plus emblématiques seront ainsi exposées à la galerie Campo en Campo. Une exposition en réalité virtuelle ainsi qu’une rétrospective de sa vie sont également prévues au Muhka. En mai 2020, la ville d'Anvers proposera le "Pana Parcours", une promenade qui emmènera les curieux sur les pas du peintre.

"Pepto Bismo" inauguré à Anvers en 2003
"Le balancement des crabes" installé en 2011 à Knokke-Heist.
Le pouvoir de voler fascinait l'artiste inventeur.