NICOLAS MAETERLINCK

Le ministre Beke réduit les subsides d’organismes de prévention de la santé

Le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (CD&V), coupe dans les fonds alloués aux organisations partenaires du gouvernement régional qui travaillent dans le domaine de la politique de santé préventive. C’est ce qui ressort des chiffres approuvés vendredi par le gouvernement flamand. Les secteurs de la Culture et des médias ont, notamment, aussi déjà été touchés par une réduction récente de subsides.

Le ministre du Bien-être Wouter Beke (photo) avait pourtant annoncé qu’il ne réduirait pas les fonds de fonctionnement d’organismes actifs dans le domaine de la prévention de la santé. Plusieurs organismes constatent cependant que leurs subsides seront rabotés. Il s’agit d’entités telles que Sensoa (Centre flamand d’expertise sur la santé sexuelle), l’Institut flamand pour une vie saine, le Centre d’expertise flamand pour l’alcool et les stupéfiants, ou encore l’Institut de médecine tropicale installé à Anvers et de renommée mondiale.

Dès le 1er janvier, ces organismes devront se contenter de 6% de moins de moyens de fonctionnement. Pour l’Institut pour une vie saine, cela représente 320.000 euros en moins. Pour le Centre d’expertise pour l’alcool et pour Sensoa environ 200.000 euros de subsides en moins par an.

Une économie de 1,3% des subsides avait également été prévue pour la permanence flamande de prévention contre le suicide (Zelfmoordlijn). Ce qui a suscité de très vives critiques, alors que les chiffres du suicide des jeunes, notamment, sont alarmants. "Le secteur doit déjà réfléchir à deux fois pour chaque dépense", indiquait Kirsten Pauwels de la ligne téléphonique de prévention suicide.

Nicolas Maeterlinck

La ligne de prévention suicide provisoirement épargnée

Ce lundi, le ministre flamand du Bien-être annonçait sur Twitter que la ligne flamande de prévention du suicide sera finalement épargnée par les économies initialement annoncées. Selon Wouter Beke, le fait que la Flandre achètera des vaccins supplémentaires avant la fin de cette année libère des budgets pour l'année prochaine, permettant de sauvegarder cette ligne de permanence.

Les économies prévues dans les autres organismes actifs dans la prévention en matière de santé, elles, entreront bien en vigueur dès le 1er janvier. Le ministre Beke affirme cependant travailler pour les prochaines années à l’équivalent de 10 millions d’euros de nouvelles mesures en matière de prévention de la santé.