Les pêcheurs belges pourront capturer davantage de soles, mais moins de cabillauds

Les ministres européens en charge de la Pêche ont fixé mercredi matin les quotas qui seront d'application l'année prochaine dans l'Atlantique et en mer du Nord. En vertu de ceux-ci, les pêcheurs belges pourront capturer davantage de soles, la même quantité de plies et de raies, mais moins de cabillauds, a annoncé la ministre flamande, Hilde Crevits (CD&V), dans un communiqué.

L'année 2020 marque un moment important pour la pêche européenne: l'UE s'était en effet fixé comme objectif, dans le cadre de la Politique commune de pêche, que tous les stocks de poissons soient pêchés au "rendement maximal durable" (RMD), visant à éliminer la surpêche et préserver les stocks halieutiques, à cette échéance.

Le ministre finlandais Jari Leppa, dont le pays tient la présidence tournante de l'UE, a salué des "résultats excellents" et l'engagement de tous les Etats membres "dans la durabilité de tous les stocks".
Une grande partie des négociations de la nuit a été consacrée à la situation "désastreuse" du cabillaud en mer Celtique.

La Commission proposait une coupe drastique du quota, de 88%, pour ces zones de pêche. Finalement, une baisse de moitié a été retenue par rapport au quota de 2019, qui était de 1.610 tonnes.

Les nouveaux quotas sont accompagnés de mesures de sélectivité. L'un des enjeux était d'avoir "une solution pour que les prises accidentelles soient proportionnellement reflétées", a expliqué le tout nouveau commissaire européen à la Pêche, le Lituanien Virginijus Sinkevicius.