Xinhua News Agency

Démenti de l’ambassade de Turquie : "Il n'y a pas de plan concret d’envoyer 40 imams en Belgique"

L'ambassade de Turquie à Bruxelles a démenti mardi soir tout projet concret d'envoi en Belgique d'une quarantaine de nouveaux imams pour pallier la pénurie dont souffrent de nombreuses mosquées turques. Le ministre flamand de l’Intégration civique et de l’Egalité des chances Bart Somers (Open VLD) avait déclaré mardi qu'envoyer des imams étrangers dans notre pays était " indésirable et intenable ".

Cette information serait basée sur des interprétations erronées d'annonces d'examen de routine publiées par la Direction turque des Affaires religieuses (Diyanet), a assuré l'ambassade dans un communiqué.

Les imams qui réussissent leurs examens peuvent, en fonction des exigences d'associations de mosquées ou d'associations, être envoyés dans différents pays. "Il n'y a donc pas de plan concret d'envoi l'an prochain de 40 imams venant de Turquie en Belgique", a précisé l'ambassade, qui a ajouté se plier aux exigences des autorités belges.

Plusieurs journaux flamands affirmaient dans leurs éditions de mardi que le président turc Recep Tayyip Erdogan enverrait l'an prochain une quarantaine de nouveaux imams en Belgique - bien plus que les années précédentes - pour répondre à la pénurie à laquelle sont confrontées de nombreuses mosquées turques.

La Sûreté de l'Etat et l’Office des étrangers n'avaient pas encore reçu officiellement l’annonce concernant les 40 imams. Et le ministre flamand de l’Intégration civique et de l’Egalité des chances Bart Somers (Open VLD) a déclaré qu'envoyer des imams étrangers dans notre pays était " indésirable et intenable ".

Il est nécessaire d'avoir chez nous une formation d'imam complète et correcte
Bart Somers (Open VLD)

Le ministre voudrait mettre en place un programme de formation pour des imams flamands. "Il est nécessaire d'avoir chez nous une formation d'imam complète et correcte. Je veux m'y engager en coopération avec la communauté des croyants ", a-t-il déclaré.

Bart Somers voudrait aussi voir si l’obligation d'intégration civique peut être imposée aux imams étrangers. " Les imams turcs qui reçoivent un visa d'entrée sont soumis à l'obligation d'intégration lorsqu'ils seront actifs dans une mosquée reconnue. Ils doivent ensuite apprendre le néerlandais et suivre un cours d'intégration sociale. Mais s'ils viennent dans notre pays pour être actifs dans une mosquée non reconnue, il n'y a actuellement aucune obligation d'intégration. Pour moi, c'est la logique même que les imams étrangers soient de toute façon soumis à un devoir d'intégration civique ", estime le ministre.

Le ministre Somers pointe du doigt le gouvernement fédéral. L'octroi d'un visa d'entrée à un imam étranger est en effet une compétence fédérale. "Je compte sur le gouvernement fédéral pour faire un examen approfondi de ces personnes ", conclu le ministre.