public domain CC0

L'ombudsman flamand croule sous les plaintes suite à l'augmentation des loyers des logements sociaux

L’ombudsman flamand a reçu de nombreuses plaintes de bénéficiaires de logements sociaux. Ceux-ci estiment qu’ils ont été informés trop tard de la hausse de leur loyer. De nombreux locataires de logements sociaux en Flandre doivent s’attendre à une augmentation de leur loyer à partir du 1er janvier prochain. Un nouveau système de calcul a été décidé par le précédent gouvernement flamand mais certains locataires n’ont été prévenus que récemment du montant exact de leur loyer.

Ces derniers jours, le service de médiation flamand a reçu de nombreuses demandes d'information de la part des locataires de logements sociaux. Ils venaient seulement d’apprendre quel serait le montant exact de leur loyer à partir de janvier, dans certains cas le montant a augmenté de de 50 pour cent ou plus.

L’ombudsman flamand Bart Weekers estime qu'il est " incorrect " de prévenir seulement quelques jours à l'avance d'une augmentations de loyer aussi importante. De plus à une époque de l’année où de nombreux bureaux sont fermés. "Il aurait fallu informer les gens trois mois à l’avance".

Il aurait fallu informer les gens trois mois à l’avance.
Bart Weekers

La réforme des loyers des logements sociaux est encore une décision de l'ancienne ministre flamande du logement, Liesbeth Homans (N-VA) qui voulait ainsi rendre le calcul des prix plus juste.

En Flandre, le loyer moyen d’un logement social est de 306 euros. Le nouveau mode de calcul prendra en compte de nouveaux critères, tels que la valeur du bien sur le marché immobilier et les revenus de l’ensemble des personnes majeures qui résident dans l’habitation. Les locataires qui habitent un logement écologiquement économique, et donc nouveau ou rénové, devront également payer plus. Selon le résultat des différents critères pris en compte, la correction du loyer sera effectuée dès le 1er janvier2020.

Pour une grande partie des bénéficiaires de logements sociaux, cela équivaut à une augmentation du loyer, parfois de 50 % et plus. 

Pas de report possible

Le mois dernier, les partis flamands dans l'opposition Groen et le SP.A avaient plaidé pour une période de transition, mais le nouveau ministre flamand du Logement Matthias Diependaele (N-VA) n'a pas accepté ce report.

Le ministre maintient toujours sa position. "Nous nous en tenons à l'introduction au 1er janvier", a-t-il déclaré. "Ce sont les sociétés de logement elles-mêmes qui ont été responsables de la communication et beaucoup d'entre elles l’ont fait à temps. Sans compter que pour certains, le loyer va aussi baisser."