Une grive à ailes rousses attire des ornithologues de toute l’Europe en Campine

La réserve naturelle De Liereman à Vieux-Turnhout, en province d’Anvers, a vu accourir ce week-end des ornithologues amateurs venus d’aussi loin que l’Angleterre et le Danemark. Ils voulaient tous admirer la grive à ailes rousses qui s’y est posée récemment. "Normalement, il faut voyager jusqu’à l’est de la Sibérie pour voir ce genre d’oiseau", expliquait Gerald Driessens de l’organisation Natuurpunt à Radio 2 Anvers (VRT).

"Une grive à ailes rousses séjourne depuis le 1er janvier à Vieux-Tunhout, ce qui est vraiment exceptionnel", explique Gerald Driessens de Natuurpunt. "Normalement, il faut se rendre en Sibérie ou en Asie orientale pour voir ce genre d’oiseau. Il est donc logique que des ornithologues amateurs viennent de l’Europe entière pour observer la grive".

D’après le quotidien régional Gazet van Antwerpen, il y aurait même eu des visiteurs anglais et danois à la réserve naturelle De Liereman. "C’est merveilleux de pouvoir voir un oiseau aussi rare dans un décor hivernal".

"Je suppose que la grive aux ailes rousses se trouve encore toujours à Vieux-Turnhout", précise Gerald Driessens. "Il faut parfois attendre, mais elle apparait toujours à peu près au même endroit. Si elle allait se poser un kilomètre plus loin, nous ne la retrouverions peut-être plus jamais".

Il est très probable que la grive soit arrivée en Campine après s’être égarée. "Les grives sont des oiseaux migrateurs qui parcourent de longues distances. Elles volent facilement des milliers de kilomètres. Les oiseaux qui se perdent sont souvent de jeunes oiseaux qui ne connaissent pas encore bien les routes de migration. L’exemplaire qui est arrivé à Vieux-Turnhout à la Nouvelle année est cependant une grive à ailes rousses adulte".

@ Billy Herman