Roulers remplace les sanctions administratives par une peine de travail pour les mineurs d’âge

Les jeunes de moins de 18 ans qui abandonnent des détritus ou urinent dans la nature ne recevront dorénavant plus de sanction administrative communale sous forme d’amende à Roulers, mais un travail d’utilité générale. La ville de Flandre occidentale estime en effet que ce type de sanction a nettement plus de sens et d’utilité.

Jusqu’à présent, les jeunes qui urinaient sur la voie publique ou y abandonnaient des détritus écopaient souvent à Roulers d’une sanction administrative communale (SAC ou GAS-boete en néerlandais). Mais la commune de Flandre occidentale a décidé de transformer cette amende en une peine de travail, qui profite à la communauté.

Il peut s’agir de déblayer des trottoirs enneigés devant les logements de personnes âgées, de ramasser des déchets abandonnés à des endroits interdits, de prêter main-forte au service d’entretien des espaces verts, ou encore de travailler bénévolement dans le magasin de seconde main et recyclage Kringwinkel. Le bourgmestre Kris Declercq (CD&V) estime que pareil service à la communauté est bien plus profitable aux jeunes qu’une amende.

L’idée est venue à la suite des nuisances créées par les écoliers de dernière année secondaire qui célèbrent leurs derniers 100 jours d’école. "Chaque année, il y a des jeunes qui dépassent les limites. Nous devons pouvoir punir ces jeunes de façon plus efficace et appropriée. Grâce aux travaux d’utilité publique, nous apportons quelque chose à la communauté", précise le bourgmestre de Diepenbeek.

Les jeunes de moins de 18 ans pourront se voir imposer une peine alternative d’un maximum de 15 heures de travail d’utilité générale. S’ils ne l’exécutent pas correctement ou qu’ils se montrent récalcitrants, ils risqueront en plus de recevoir une amende.