Gaia porte plainte contre des organisateurs de combats de coqs

L’organisation flamande de défense des droits des animaux a porté plainte contre les organisateurs d’un combat de coqs qui a eu lieu à Hoeselt, dans le Limbourg. Le week-end dernier, 28 coqs de combat ont été saisis à Hoeselt par le Centre d'accueil pour les oiseaux et mammifères (VZOC) à Heusden-Zolder. Les animaux ont dû être euthanasiés. "En temps normal, nous cherchons une nouvelle maison pour nos pensionnaires, mais c’est presque impossible pour des coqs de combat. Soit parce qu'ils font souffrir d'autres animaux, soit parce qu'ils souffrent eux-mêmes", expliquait lundi Rudi Oyen du refuge limbourgeois.

La police locale a découvert samedi soir, derrière une ferme isolée, un terrain pour des combats illégaux de coqs. Ce type de combat est en effet interdit en Belgique depuis 1927. "Mais apparemment il reste encore toujours des individus incorrigibles qui ne peuvent s’empêcher d’organiser ce genre de combats", déclarait Michel Vandenbosch (photo) de l’organisation Gaia.

Quinze à vingt voitures étaient garées sur le parking à proximité et tous les automobilistes se sont enfuis. Ils ont laissé les oiseaux derrière eux au moment où la police est apparue à Hoeselt.

Le VZOC a saisi l'an dernier 125 coqs de combat, qui avaient également dû être euthanasiés. Des refuges peuvent être trouvés pour les poules et les jeunes. L'association de défense des droits des animaux Gaia a déposé une plainte contre les organisateurs.

"Bien que de moins en moins de coqs de combat apparaissent, il s'agit d'un phénomène difficile à éradiquer. Visiblement pour certains, l'envie de sang et la cruauté sont plus fortes que le respect de la loi", dénonce Gaia. L'organisation se porte partie civile contre les organisateurs des combats.

"C’est notre devoir en tant qu’organisation de défense des droits des animaux. Parce qu’il s’agit de pratiques barbares, de maltraitance des animaux". Gaia exige aussi que l’élevage de coqs de combat soit contrecarré.

L’organisation Animal Rights regrette pour sa part que les 28 coqs saisis à Hoeselt aient été euthanasiés. "Ils auraient encore pu être placés dans des familles", estime Els Van Campenhout. "Nous comprenons que le centre d’accueil de Heusden-Zolder n’ait pas su comment s’en sortir, mais nous lui aurions volontiers proposé notre aide".

Les plus consultés