Jan Jambon va visiter le camp de concentration d’Auschwitz et y évoquer la collaboration flamande

Le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), va se rendre ce mardi 21 janvier au camp de concentration d’Auschwitz. Cette visite est organisée dans le cadre des 75 ans de la libération du camp allemand d’extermination. La veille, Jan Jambon tiendra un discours lors d’un diner de l’Association Juive Européenne (AJE). Il y abordera les atrocités commises à Auschwitz, condamnera les actes antisémites, et évoquera aussi la page noire de la collaboration en Flandre. 

La Pologne organise le 27 janvier prochain une journée internationale de commémoration des victimes du camp d’Auschwitz-Birkenau. De nombreux dirigeants et chefs d’Etats y sont attendus. Le roi Philippe et la Reine Mathilde seront présents à la cérémonie. 

De son côté, Jan Jambon s’y rendra déjà le mardi 21. "Le ministre-président veut visiter le camp de manière sereine. Il est très important pour lui d’être présent dans le cadre des 75 ans de la libération d’Auschwitz et de commémorer les épisodes les plus atroces de l’histoire", a commenté son cabinet. 

Collaboration flamande

Durant un dîner de Gala de l’AJE, Jan Jambon a prévu de tenir un discours, lors duquel il abordera également le thème difficile de la collaboration. "Il va effectivement aussi parler de cette page sombre, et faire référence à la complicité de personnes et des autorités en Belgique et en Flandre", laisse-t-on entendre.

D’autres responsables politiques seront également du voyage. Parmi eux, on compte notamment la député européenne Assita Kanko (N-VA), le député fédéral Hendrik Bogaert (CD&V), ainsi que Michael Freilich (N-VA), député fédéral et ancien rédacteur en chef du média Joods Actueel. Pour ce dernier, la visite de Jan Jambon revête une grande importance symbolique, tout comme ses déclarations sur les pages noires de l’histoire du nationaliste flamand.