La N-VA salue le rejet de la candidature de Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle

Le Sénat a rejeté vendredi après un deuxième tour de vote la candidature de Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle. La députée Ecolo n'a recueilli que 38 suffrages à bulletin secret alors qu'il lui en fallait 40. Les élus N-VA ont salué les sénateurs qui se sont opposés à cette candidature, plaçant ce geste dans la perspective plus large de la formation d'un gouvernement fédéral. 

"Ne niez pas trop vite la N-VA". Telle est l'une des conclusions qu'a tirées sur Twitter le chef de groupe à la Chambre, Karl Vanlouwe, pour qui cet épisode démontre que "l'arc-en-ciel" (coalition associant socialistes, libéraux et écologistes) était "un fromage plein de trous". 

Dès le mois de juillet, Ecolo, alors co-présidé par Mme Khattabi, a refusé de s'asseoir à la même table que la N-VA pour discuter de la formation d'un gouvernement fédéral. "Il est légitime que quelqu'un qui ne veut même pas se trouver dans la même pièce que le plus grand parti de Flandre soit rejeté en tant que membre de la Cour constitutionnelle. Un minimum de tolérance pour ceux qui pensent autrement est requis pour une telle fonction", a dit de son côté le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover. 

Les sénateurs du Vlaams Belang ont, eux, applaudi le résultat du vote, ce qui leur a valu le rappel à l'ordre de la présidente soucieuse de préserver la "dignité" de l'institution.

"Sabotage en règle"

L'ex-co-présidente a reçu le soutien personnel de Jean-Marc Nollet, actuel co-président d'Ecolo, qui est notamment revenu sur les applaudissements du Vlaams Belang qui ont accueilli le résultat du vote. "Je ne digère ni les applaudissements, ni le résultat lui-même. Ne minimisons pas la gravité de ce qui s'est déroulé ce matin", a-t-il tweeté. 

"Il s'agit d'un sabotage en règle de certains partis. Les équilibres linguistiques sont ici remis frontalement en question. Ce précédent est gravissime pour l'équilibre institutionnel de notre pays", a souligné au PS le sénateur Julien Uyttendaele.

Secret du vote

Les soixante élus et cooptés qui composent le Sénat étaient tous présents vendredi. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, absent lors du premier tour de vote, avait rejoint l'assemblée pour le second. 

L'an passé, outre les nationalistes, les libéraux avaient également exprimé leurs réticences à la candidature de la députée Ecolo. Certaines prises de position de Zakia Khattabi, mais aussi ses remarques acerbes, notamment à l'égard de Charles Michel, lui ont valu de sérieuses inimitiés. 

Il a finalement manqué deux voix à l'ex-co-présidente pour obtenir les deux tiers. Qui a manqué à l'appel? Le secret du vote ne permet pas de répondre à la question. Les seules oppositions connues et assumées sont celles de la N-VA et du Vlaams Belang. 

Nouvelle procédure

Le Sénat devra entamer une nouvelle procédure pour désigner un remplaçant à l'un des juges francophones de la Cour constitutionnelle parti à la retraite, Jean-Paul Snappe, également issu d'Ecolo. Quelle que soit la candidature proposée, la composition actuelle de la Cour respecte déjà la loi qui impose au moins un tiers de représentant des deux sexes puisque, du côté néerlandophone, quatre des six juges sont des femmes.

Les plus consultés