Les informateurs Bouchez et Coens ont fait un rapport intermédiaire au Roi

Les deux nouveaux présidents de partis nommés informateurs royaux (photo), Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V), se sont rendus ce lundi vers 14 heures au Palais royal pour présenter un nouveau rapport de leur mission au roi. Leur mission a été prolongée jusque fin janvier. Leurs conclusions sont attendues pour le 28 janvier au plus tard. Ils ont apporté un gros bouquet de fleurs, pour la reine Mathilde qui fête ses 47 ans.

Au cours des derniers jours, aucune des formations susceptibles de jouer un rôle dans les différents scénarios sur la table n'a claqué la porte, mais les deux informateurs ne semblent pas avoir enregistré d'avancée significative pour autant. Les conclusions du duo Coens-Bouchez, reconduit dans sa mission au début de la semaine dernière, sont attendues "au plus tard le 28 janvier", avait communiqué le Palais lundi dernier.

Il s'agit d'examiner pour la énième fois la faisabilité d'un gouvernement fédéral qui rassemblerait la N-VA et le PS, à la suite de la soudaine ouverture que le président des nationalistes flamands avait semblé exprimer durant le week-end en direction d'une politique sociale et d'une augmentation des pensions les plus faibles. Présent à la réception de Nouvel an des socialistes flamands, le président du PS Paul Magnette a répété dimanche qu'il souhaitait que la N-VA s'engage davantage au-delà de quelques mots en faveur d'avancées sociales.

Paul Magnette a également répété qu'en cas de blocage, il pourrait être opportun de mettre sur pied un gouvernement provisoire, durant six mois, voire un an. Comme il y a plusieurs mois, Magnette estime qu'un tel gouvernement, composé des formations du gouvernement en affaires courantes (les libéraux et les sociaux-chrétiens flamands), associées aux socialistes et aux écologistes pourrait se concentrer durant six mois ou un an sur les urgences sociales et environnementales.

Les premiers jours de la semaine dernière n'ont pas semblé remplis de réunions. Le jeune président des socialistes flamands, Conner Rousseau, et la ministre libérale de la Santé publique Maggie De Block avaient alors qualifié le travail des informateurs d'"insuffisant" ou "lent". Pour les informateurs aussi, cela "dure depuis bien trop longtemps", a réagi Joachim Coens, lançant, comme Georges-Louis Bouchez précédemment, un appel au sens des responsabilités de tous.

Les informateurs ont réuni le PS et la N-VA

Ce dimanche, on a appris que le duo avait organisé le même jour une rencontre entre le PS et la N-VA. Dimanche, Paul Magnette a répété que son PS était toujours disposé à discuter avec la N-VA sur des éléments de contenu si celle-ci changeait d'avis au sujet d'une politique plus sociale que les socialistes appellent de leurs vœux. Mais "à part des signes symboliques dans leur grand meeting, je ne vois rien venir", a déclaré Magnette.

Du même coup, sous réserve du contenu et de l'issue de la rencontre de dimanche, l'option d'une coalition violette jaune n'est pas enterrée définitivement.

Ce lundi vers 16h, le palais royal annonçait que "sa majesté le Roi a reçu Messieurs Bouchez et Coens en audience. Les informateurs ont fait au souverain un rapport intermédiaire". Rien n’a percé sur le contenu de l’entretien.

"Il est normal que nous souhaitions enregistrer une avancée", déclarait Joachim Coens après l’audience. "La semaine prochaine, nous voulons pouvoir dire au chef de l’Etat dans quelle direction les négociations peuvent se poursuivre. En ce sens, les échanges de ces derniers jours ont été positifs".

Coens et Bouchez ont apporté au palais de Bruxelles un gros bouquet de lis (photo) pour la reine Mathilde. Elle fêtait ce lundi son 47e anniversaire.