Des activistes pour le climat plantent 500 arbres à Puurs-Sint-Amands

Un nouveau groupe d’activistes pour le climat "The Phantom Tree Company" a déjà planté 500 arbres à Puurs-Sint-Amands ( Anvers) en une semaine. Ils le font en toute discrétion pendant la nuit et sans l’autorisation des propriétaires des terrains. Les activistes ne plantent des arbres que sur des terrains appartenant aux pouvoirs publics et aux intercommunales et pas sur des terrains privés.

"The Phantom Tree Company" est un groupe d’activistes pour le climat dont le mot d’ordre est "Arrêtez de discuter du réchauffement climatique et faites plutôt quelque chose".

"Nous plantons des arbres la nuit sur des terrains en friche appartenant aux pouvoirs publics et aux intercommunales sans autorisation", a déclaré le militant Kasper (nom d’emprunt) dans l’émission "Start je dag".

En une semaine, ils ont déjà planté 500 arbres à Puurs-Sint-Amands, soit sur 2 hectares au total. "Ce sont des zones qui n'ont plus été cultivées depuis des années, à l'exception du fauchage une fois par an. C’est ainsi que nous avons planté des arbres dans la Gansbroekstraat, près de l'autoroute A12, sur un terrain qui jouxte le club de ski nautique Clothilde et sur un site situé au-delà de la station-service De Vliet".

Sanctions ?

Ces militants craignent-ils des sanctions pour leurs actions ? "Au contraire, nous espérons le soutien d’autres personnes qui sont sensibles à la problématique des changements climatiques", ajoute Kasper.

"Un arbre purifie autant de CO₂ que 1 600 m2 d'herbe. Nous tenons également compte de la biodiversité et nous plantons des espèces indigènes telles que des ormes, des saules et des platanes. Nous allons également travailler avec les apiculteurs pour déterminer quelles espèces sont bonnes pour les abeilles".

Le groupe d'action espère obtenir le soutien du gouvernement flamand et de l'Agence pour la nature et les forêts.

"Par souci de clarté, nous laissons les jardins et les terrains privés intacts, nous ne plantons que sur des terrains appartenant aux pouvoirs publics. Ils le font de tel manière que les arbres soient considérés comme un bois. Pour enlever ces arbres les autorités doivent donc d'abord demander une autorisation de détruire un bois ce qui n'est pas très facile à obtenir.