Naufrage d’une embarcation à La Panne : six migrants arrêtés, huit autres ont fui

Les migrants se risquant à rejoindre la Grande-Bretagne dans une embarcation de fortune au départ du littoral belge sont assez rares. "Cela se passe plus fréquemment dans le nord de la France, mais les contrôles s'étant renforcés là-bas, le problème se déplace chez nous", analyse le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé. Les migrants qui ont tenté la traversée ce mardi matin, mais ont dû regagner la plage à la nage, étaient au nombre de quatorze. Six d’entre eux ont été interpellés, tandis que les huit autres ont pris la fuite dans les dunes. La justice a ouvert une enquête pour trafic d'êtres humains. 

Des recherches ont eu lieu ce mardi matin à La Panne (Flandre occidentale), tant sur la plage qu'en mer. Quatorze migrants en transit (parmi lesquels des Afghans et des Iraniens) ont essayé de rejoindre l'Angleterre dans un petit bateau, mais celui-ci a chaviré. Tous les migrants sont parvenus à sortir eux-mêmes de l'eau, selon les autorités communales. 

Les services de secours ont déjà pu appréhender six personnes, mais les huit autres - parmi lesquelles certainement deux enfants - se seraient réfugiées dans les dunes. Le bourgmestre de La Panne, Bram Degrieck, a confirmé à la VRT que tous les migrants étaient sortis de l’eau.

Les recherches ont été menées avec l’aide de drones, malgré les mauvaises conditions atmosphériques. Un hélicoptère n’était pas parvenu à décoller, en raison du brouillard givrant ce mardi matin. Ce mardi après-midi, l'embarcation des migrants a été repêchée de l'eau. 

Un phénomène venu de France

Des riverains avaient signalé à la police, ce mardi matin, "des mouvements suspects". Les gardes côtiers ont rapporté qu'une personne trempée avait sonné à une maison vers 5h du matin, pour donner l’alarme. Des sacs à dos ont ensuite été retrouvés sur la plage de La Panne.

Le gouverneur Carl Decaluwé entend de son côté intensifier les efforts afin d'éviter ce genre d'initiative. D’autres tentatives ont déjà eu lieu. Decaluwé a récemment consulté les services concernés en Angleterre et en France et va aussi aborder la problématique des bateaux de migrants avec Interpol.

"Nous devons mettre plus de moyens afin d'éviter que des réfugiés ne se lancent dans une telle aventure. C'est trop dangereux et les faits de mardi à La Panne le prouvent une fois de plus." A la suite de l’intensification des contrôles de police au littoral français, les migrants déplacent leur tentative de traversée de La Manche vers la côte belge.

Les plus consultés