De la neige industrielle est tombée sur le nord du pays

Plusieurs rues de la province du Limbourg et de la Campine anversoise étaient couvertes ce mercredi matin d’une fine couche de neige. Ou ce qui y ressemble car, comme l’indiquent les météorologistes de la VRT, il ne s’agit pas vraiment de neige. Bram Verbruggen la décrit comme de la pollution atmosphérique qui gèle, tandis que Frank Deboosere utilise le terme de "neige industrielle".

"Depuis quelques jours déjà, une zone de haute pression atmosphérique plane au-dessus de la Belgique. Ce qui signifie que l’air est poussé vers le bas et qu’il y a peu de vent. Des particules restent dans l’air depuis des jours. Il n’est donc pas très sain de faire du sport à l’air libre actuellement. Quand il bruine, des petits cristaux de glace se forment autour des particules et cela ressemble à de la neige. Mais c’est en fait de la neige sale", précise Bram Verbruggen.

Son collègue Frank Deboosere confirme et qualifie cette première neige hivernale de "neige industrielle" ou de brouillard qui se cristallise. "Pour voir arriver du vent, il faudra attendre dimanche et la semaine prochaine", indique Deboosere. Les particules dans l’air pourront alors se déplacer.

Pour la Flandre, il s’agit donc de la première "neige" qui tombe cet hiver. Fin 2019, une petite couche de poudreuse est déjà tombée dans les Ardennes. Ce mercredi matin, ce sont les villes limbourgeoises de Genk et Saint-Trond qui se sont réveillées couvertes d’un fin manteau blanc, mais Hasselt et Mol ont également vu tomber quelques flocons de cette neige sale.

L’Agence flamande des routes et de la circulation a dépêché des camions d’épandage dans la région. "Les services d’épandage sont déjà sortis cette nuit, mais il y a aussi eu des précipitations à l’extrême est du pays. Elles pourraient avoir emporté une partie du sel répandu. Nous suivons la situation de près", indiquait Veva Daniëls, porte-parole de l’Agence.

Les plus consultés