Ne pas brûler de bois en Flandre, en raison des concentrations de particules fines

Le seuil d'information pour les particules fines a été dépassé ce jeudi en Flandre, signalent la Cellule interrégionale pour l'environnement (Celine) et l'Agence flamande pour l'environnement (VMM). Cette dernière appelle donc les habitants du nord du pays à ne pas brûler de bois pour le chauffage d'appoint ou les cheminées pour créer une atmosphère agréable.

Selon Celine, des concentrations élevées de particules fines ont été mesurées dans les trois Régions du pays. Au cours des dernières 24 heures, la concentration moyenne de particules inférieures à 2,5 micromètres (PM2,5) en Flandre était supérieure à 35 microgrammes par mètre cube, soit le seuil d'information de la population. Des concentrations élevées sont en outre également prévues dans les prochains jours.

"A Bruxelles et en Wallonie, le seuil n'est pas (encore) dépassé", précise la Cellule. Cette situation au nord du pays s'explique par la pollution atmosphérique due au trafic routier, au chauffage des bâtiments, à l'industrie et à l'agriculture, explique l'Agence flamande pour l'environnement.

Le peu de vent et une inversion de température à une hauteur d'environ 750 mètres assurent une atmosphère stable, de sorte que l'air est mal dilué. En raison de la mauvaise qualité de l'air, la population est appelée à "ne pas brûler de bois dans les cheminées ou les poêles" ce jeudi, indique l’Agence flamande pour l’environnement.

"L'impact de la combustion du bois sur la qualité de l'air dans un habitat peut être très élevé localement. Lorsque le bois est brûlé, des substances nocives telles que les particules, les dioxines et les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) sont en effet libérées".

"Nous préviendrons la population via les médias lorsque l’avis à ne pas brûler de bois sera à nouveau levé en Flandre", indiquait Katrien Smet, porte-parole de l’Agence flamande.