Perquisition au domicile du président du Standard

La police fédérale a procédé, mercredi matin, à une perquisition au domicile de Bruno Venanzi, le président du club de football Standard de Liège, dans le cadre de l'enquête sur l'agent de joueurs Christophe Henrotay. "Nous pouvons seulement confirmer qu'une perquisition a été effectuée dans la région de Liège dans le cadre d'une enquête judiciaire menée par un juge d'instruction bruxellois", a déclaré le parquet fédéral.

Le parquet fédéral et le juge d'instruction bruxellois Michel Claise mènent, depuis plusieurs mois, une enquête judiciaire sur du blanchiment d'argent et une association de malfaiteurs. L'enquête porte notamment sur les modalités financières des transferts sortants d'Alexander Mitrovic et Chancel Mbemba vers le club de football anglais Newcastle, ainsi que le transfert de Youri Tielemans vers l'AS Monaco.

Cette perquisition est consécutive à une première opération réalisée en avril dernier au siège du club de football du RSC Anderlecht et de l'Union belge de football, ainsi que quatre perquisitions exécutées les 10 et 11 septembre derniers à Monaco (1), en Belgique (2) et à Londres (1). Au terme de ces perquisitions, l'agent de joueurs à Monaco Christophe Henrotay et un de ses collaborateurs en région liégeoise, Christophe Cheniaux, avaient été arrêtés. Ce dernier avait été inculpé pour blanchiment, corruption privée, association de malfaiteurs, faux et usage de faux et placé sous mandat d'arrêt, tandis que M. Henrotay a été écroué dans une prison monégasque après qu'un mandat d'arrêt international eut été délivré à son encontre.

Entre-temps, la cour d'appel de Monaco l'a remis en liberté sous caution. La juridiction doit toutefois encore se pencher sur la demande d'extradition de la Belgique.

D'après la RTBF et la VRT, Bruno Venanzi est suspecté d'irrégularité dans le cadre de plusieurs transferts de joueurs arrivant ou quittant le Standard. Les enquêteurs s'intéressent aux commissions versées à Christophe Henrotay et à la manière dont différentes personnes auraient été payées pour ces transferts. Il existe des soupçons de rétrocommission. Bruno Venanzi est également soupçonné de blanchiment d'argent et fraude fiscale.

Une perquisition aurait également été menée mercredi au Standard de Liège, selon la RTBF.