Trois cygnes rares et protégés ont été abattus à Arendonk

L'organisation de protection de la nature Vogelbescherming Vlaanderen a indiqué que trois cygnes rares ont été abattus le week-end dernier à Arendonk, en Campine anversoise. Il s'agit de cygnes de Bewick (photo), originaires de Sibérie. L'espèce est mise fortement sous pression à cause des menaces qui pèsent sur son habitat. Plusieurs centaines d'individus passent l'hiver en Belgique, où l'espèce est protégée par la loi.

Un cygne n'a pas survécu aux tirs, un deuxième a été transféré dans un centre de soins et le troisième s'est enfui. Son état est donc inconnu. Les volatiles, qui présentaient des blessures à la cage thoracique, ont été découverts dimanche par les pompiers à hauteur du canal Dessel-Kwaadmechelen.

Les animaux venaient d'être bagués deux jours plus tôt, dans le cadre d'une étude scientifique. "Une meilleure protection de la faune ne sera possible que lorsque la préservation des espaces verts sera renforcée", estime le directeur général de Vogelbescherming Vlaanderen, Paul Van Daele.

"La ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) comprendra peu à peu que la chasse ne constitue pas une force dans la gestion des espèces sauvages, comme le prétendent les chasseurs eux-mêmes. C'est une faiblesse qui mine toute politique", a-t-il ajouté, espérant un "signal fort" de la part de la ministre.

Vogelbescherming Vlaanderen a indiqué vouloir se constituer partie civile contre X et lance un appel à témoin. L'organisation appelle dès lors à se manifester toute personne qui aurait vu dans les environs des individus armés de fusils de chasse, entre vendredi 24 janvier vers 16h et dimanche 26 janvier à la même heure.