Bruxelles accueillera une cinquième Ecole européenne dès l’an prochain

Le conseil des ministres a approuvé vendredi l'ouverture provisoire d'une nouvelle Ecole européenne à Bruxelles (photo hors contexte) en 2021. Elle pourra accueillir 1.500 étudiants et sera installée sur l'ancien site de l'Otan (à Evere). C’est là également que sera ensuite construite l'école définitive. Elle pourra accueillir 2.500 élèves.

Cette mesure permet à la capitale belge de garantir son statut de "ville diplomatique de premier plan", a expliqué le ministre en charge de la Régie des bâtiments, Koen Geens (CD&V).

"La ville offre un point de chute pour 5.400 diplomates et 20.000 lobbyistes et se révèle être de ce fait la ville diplomatique la plus importante au monde. Son caractère international génère pas moins de 121.000 emplois et cinq milliards d'euros à la valeur ajoutée pour l'économie bruxelloise. Nous devons continuer à endosser au maximum ce statut. Proposer un enseignement international y joue un rôle essentiel".

A l'origine, les Ecoles européennes scolarisaient les enfants des fonctionnaires des institutions européennes dans le pays où ils travaillaient. L'idée d'Ecole européenne a remporté un tel succès que plusieurs d'entre elles ont vu le jour et se sont ouvertes à un public plus large. Le manque croissant de places les a cependant obligées à limiter à nouveau leur admission aux enfants de fonctionnaires des institutions européennes.

Il s'agit d'écoles publiques reconnues officiellement qui offrent un enseignement maternel, primaire et secondaire et qui sont gérées sous la houlette d'un réseau européen. Chacune propose différentes sections linguistiques parmi les langues représentées au sein de l’Union européenne. Les cours y sont donnés en plusieurs langues, telles que le français, l'anglais et la langue maternelle. Les enseignants sont détachés de tous les États membres.

Il existe actuellement 13 écoles de ce type dans l’Union, dont quatre à Bruxelles et une à Mol (province anversoise). Les autres se trouvent en Allemagne (Francfort, Karlsruhe et Munich), au Luxembourg (Kirchberg et Mamer), aux Pays Bas (Petten), en Espagne (Alicante) et en Italie (Varese). A Bruxelles, l’école qui sera installée sur l’ancien site de l’Otan (photo ci-dessous) viendra s’ajouter à celles d’Uccle, Woluwé-Saint-Lambert, Ixelles et Laeken.

Alexander Dumarey