La SNCB souhaite exploiter l’espace situé en-dessous des voies de Bruxelles-Midi

La SNCB souhaite exploiter deux salles inutilisées depuis quarante ans et situées sous les voies près de la gare de Bruxelles-Midi. Elle est à la recherche d'une nouvelle affectation pour ces espaces avec ses partenaires. "Ce sont de très beaux espaces qui peuvent être exploités" a déclaré sur radio 1 (VRT)  Joeri Januarius coordinateur à ETWIE, le centre d'expertise pour le patrimoine industriel.

Les deux espaces sous les voies, situés entre la gare et la petite ceinture de Bruxelles, représentent 22.000 mètres carrés. Les autorités de la Région de Bruxelles-Capitale ont partagé à plusieurs reprises leur volonté de transformer ces espaces en restaurants, magasins et marché couvert.

Mais la SNCB est restée prudente quant à la réalisation de ces projets, notamment pour des raisons de sécurité.

La société des chemins de fer compte désormais étudier les possibilités. "Nous recherchons des partenaires dans les secteurs public et privé pour recueillir des idées sur une éventuelle exploitation" des espaces, confirme le porte-parole de la SNCB, Bart Crols. "Nous réaliserons une demande d'information cette année."

Le quartier de la gare du Midi va de toute façon subir de grandes transformations. Ainsi, la SNCB a l’intention de construire sur l'avenue Fonsny, son nouveau quartier général d’une superficie d'environ 80 000 mètres carrés.

La sélection d'un développeur de projet est en cours. Il doit ériger le bâtiment en échange d'autres terrains et bâtiments de la SNCB dans le voisinage, où il peut ensuite construire des logements et/ou des bureaux.

"C'est une opportunité qui doit être saisie par toutes les parties. La fonction initiale des espaces n'est pas claire. Ce sont de beaux espaces qui peuvent être mis à profit. Apparemment, des fêtes y étaient autrefois organisées. Pourquoi ne pas les utiliser à nouveau et les transformer en un lieu de rencontre pour les gens", a déclaré Joeri Januarius coordinateur d'Etwie, le centre d'expertise pour le patrimoine industriel dans l’émission "De wereld vandaag" sur radio 1 (VRT).