L’eau de l’Escaut toujours pas aux normes européennes: "la pollution provient aussi de Wallonie"

La qualité de l’eau de l’Escaut s’améliore au fil du temps, mais ne répond toujours pas aux normes européennes. Le fleuve a ainsi obtenu une appréciation allant de "insuffisant" à "mauvais". D’après la Société flamande de l’Environnement (Vlaamse Milieumaatschappij), la pollution provient notamment de Wallonie.

Sur la période 2015-2018, la qualité de l’eau du Haut-Escaut a été jugée ‘insuffisante’, alors que celle du Bas-Escaut a été qualifiée de mauvaise. "Malgré tout, cela va globalement mieux, même s’il y a effectivement encore du pain sur la planche", souligne la Vlaamse Milieumaatschappij.

Règles européennes strictes

"En 15 ans, la qualité de l’eau s’est très certainement améliorée", explique Katrien Smet, de la Société de l’Environnement. "On remarque par exemple qu’il y a à nouveau des poissons dans l’eau, mais ça ne suffit sûrement pas pour répondre aux normes imposées par l’Europe. Pour celle-ci, tous les paramètres doivent être bons, et si l’un d’eux ne l’est pas, on obtient une mauvaise appréciation. C’est donc ce qui est arrivé", poursuit-elle.

"L’eau ne s’arrête pas à la frontière"

"La qualité de l’eau n’est pas optimale, car elle est influencée négativement par l’agriculture et l’industrie", indique encore Katrien Smet.

"Parallèlement, il ne faut pas oublier que l’Escaut est un vaste fleuve. Différents cours d’eau y débouchent, dont certains sont très pollués, comme la Grande Espierres, et l’Espierres Noire. Ceux-ci proviennent de Wallonie, et nous n’y avons donc aucune influence. L’eau ne s’arrête pas à la frontière", conclut-elle.

Les plus consultés