L’organisation Natuurpunt réclame des plages plus naturelles pour protéger le littoral

Au lendemain du passage de la tempête Ciara, qui a nettement endommagé les plages, l'organisation flamande de protection de la nature Natuurpunt demande des plages plus naturelles pour mieux protéger la côte. Pour l'association, il faut d'abord arrêter de nettoyer les plages mécaniquement. Et y laisser pousser des plantes.

"En ne remuant pas le sable et en laissant les alluvions se déposer sur le rivage, des plages naturelles qui retiennent mieux le sable se forment. Nous pouvons aussi aider artificiellement les dunes à se former", plaidait l'organisation flamande lundi soir.

D’après Natuurpunt, le sable est la meilleure protection à long terme pour prévenir les dégâts des tempêtes, à condition que la nature soit mise à profit pour le retenir. "Travailler avec la nature est, sur le long terme, souvent moins coûteux que d'ériger des infrastructures. Cela implique de recourir à la résilience naturelle de nos plages. Ce n'est possible que si nous rendons sa place à la nature et que la plage devient littéralement plus verte", déclare Krien Hansen, chargé de mission pour la côte et la mer du Nord chez Natuurpunt.

"Si nous voulons que notre littoral s'adapte à un niveau de la mer plus élevé, nous devons utiliser le sable avec parcimonie et ne pas ronger à la hâte les réserves de la mer du Nord. Cela signifie que nous devrions ajouter du sable uniquement là où la plage s'érode", explique Natuurpunt.

Les plus consultés