La majorité des bourgmestres N-VA ouverts à une alliance avec le PS au fédéral

Selon les bourgmestres N-VA du pays, un gouvernement fédéral associant les nationalistes flamands et le PS est certainement envisageable. C’est en tous cas ce qui ressort d’un tour d’horizon du quotidien De Standaard qui a interrogé 38 mayeurs N-VA (sur 53) à ce sujet. Une très large majorité d’entre eux (32) a répondu qu'une collaboration avec les socialistes francophones au fédéral est une possibilité.

Seuls deux bourgmestres disent clairement "non" à une telle alliance tandis que quatre autres ont préféré ne pas donner leur avis.

Des commentaires reçus, il ressort deux constats mis en avant par les bourgmestres: qu'il est tout à fait possible de négocier avec les socialistes, et qu'il est important pour le niveau local que la N-VA participe à une majorité fédérale. Des décisions fédérales en matières de justice, de secours ou de police ont des conséquences au niveau local.

Si la N-VA veut donc réellement jouer un rôle en vue, elle n'a pas d'autre choix que de monter dans un gouvernement au fédéral, constatent de nombreux bourgmestres de ses propres rangs.

Des deux qui préfèrent qu'on abandonne la piste d'une alliance N-VA - PS, l'un veut rester anonyme et indique vouloir que l'électeur retourne aux urnes, tandis que l'autre est Kurt Ryon, de Steenokkerzeel, où la N-VA est au pouvoir avec le cartel "Klaver". "Il faut arrêter", explique-t-il à la rédaction du Standaard. "Je n'arrive plus à expliquer cela dans mon village. Ce n'est pas la tâche de la N-VA de maintenir le pays debout au niveau fédéral".

Avec la N-VA, ce serait sans Ecolo

"S'il y a un gouvernement avec la N-VA, ce sera sans nous", a indiqué jeudi la co-présidente d'Ecolo Rajae Maouane dans les colonnes de Metro. Ecolo avait fait savoir dès le mois de juillet qu'il ne discuterait pas avec les nationalistes flamands d'une formation de gouvernement et le confirme donc une nouvelle fois.

La veille, le CD&V, par la voix du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem avait à l'inverse exclu toute coalition sans les nationalistes. Le chargé de mission royale Koen Geens, issu du CD&V, doit rendre son rapport au Roi lundi prochain alors qu'aucune formule de coalition ne fait consensus entre les partis.

"Il est plus que temps de voir des gens autour de la table qui veulent avancer", souligne Rajae Marouane. "Nous, notre ligne est claire: on veut avancer avec ceux qui veulent donner un avenir à la Belgique."