Les coûteux portiques de sécurité à Brussels Airport doivent déjà être remplacés

Les "e-gates" à l’aéroport international de Zaventem (photo) - les systèmes de contrôle de passeports automatique - vont disparaitre, cinq ans seulement après leur placement. "Nous allons les remplacer par un système plus performant", indiquait la police fédérale ce vendredi dans les journaux du groupe Mediahuis. Les portiques devaient notamment permettre une reconnaissance rapide du visage et, de façon plus générale, aider la police dans son travail. Mais pour cette dernière, les appareils ont davantage été un poids qu’une aide.

Les "e-gates", portiques utilisés depuis moins de cinq ans et qui ont coûté 2,4 millions d'euros, étaient le cheval de bataille du ministre de l'Intérieur de l'époque, Jan Jambon (N-VA), soucieux de renforcer la sécurité à l'aéroport dans un contexte d'attentats.

Mais ces portiques intelligents, qui reconnaissent le visage des passagers en comparant la photo de leur passeport, sont régulièrement défectueux depuis leur installation en juillet 2015. Les syndicats policiers y voient d'ailleurs "un gaspillage de l'argent des contribuables".

Ils espèrent que le nouveau système sera plus efficace, bien que son coût et sa mise en œuvre soient encore inconnus. La procédure d’appels d’offres est en cours.

Le police fédérale souhaiterait que le nouveau système soit européen, afin d’avoir un système uniforme de sécurisation, tant à Zaventem que Charleroi, à la gare de Bruxelles-Midi et dans certains ports.

Les plus consultés