Malgré l’abolition du bonus logement, les ventes ne baissent pas

Le nombre de ventes de maisons et d’appartements en Flandre - qui avait flambé au troisième trimestre 2019, pour atteindre un record, juste avant la suppression du bonus logement au 1er janvier 2020 - reste très élevé. C’est ce que révèlent les chiffres des notaires se rapportant aux sept premières semaines de cette année. En comparaison avec le début de l’année 2019, cela représente une diminution de 3%, mais les spécialistes s’attendaient à une baisse beaucoup plus prononcée des ventes après l’abolition du bonus logement. Ils constatent maintenant que les acheteurs sont avant tout des investisseurs, qui veulent mettre leur nouveau bien en location.

Pour pouvoir encore profiter de l’avantage fiscal du bonus logement - avant sa suppression au 1er janvier 2020 - beaucoup de particuliers avaient rapidement acheté un logement au dernier trimestre de l’an passé. Il s’agissait avant tout de personnes qui achetaient leur premier logement. Pendant cette période, le nombre de dossiers immobiliers en cours a augmenté de 20%. Les spécialistes s’attendaient ensuite à ce que le volume des ventes baisse d’autant après le Nouvel An.

Mais il n’en a rien été. La baisse du nombre de transactions immobilières est en effet bien moins importante, constatent les notaires. Trois pourcents de négociations en moins, en moyenne, ont ainsi été enregistrés pendant les sept premières semaines de cette année. La semaine dernière, le nombre de transactions n’a même été que de 0,9% inférieur à ce qu’il était il y a un an.

Il est clair que certaines personnes ont attendu avant d’acheter un appartement ou une maison. C’est un autre type d’acheteurs, constate Bart Van Opstal de la Fédération royale du Notariat belge (Fednot). "Il y a beaucoup de gens qui sont à la recherche d’un investissement, pour le louer ensuite. Ils sont restés calmes à la fin de l’an dernier, parce que le bonus logement ne jouait pas de rôle pour eux. En ce début d’année, ils sont à nouveau plus actifs. C’est ce qui explique que la diminution du nombre de transactions immobilières est plus limitée que prévu".

Le marché s'est calmé, la pression du temps venant du bonus logement ayant disparu. Cela rend les choses plus intéressantes pour les investisseurs
Bart Van Opstal de la Fédération royale du Notariat belge

Les acheteurs-investisseurs ont, selon le notaire Van Opstal, l’avantage que le marché soit devenu plus calme après le Nouvel An, parce que la pression de temps engendrée par le bonus logement a disparu. On peut ainsi davantage négocier le prix d’achat, ce qui rend les choses plus intéressantes pour les investisseurs.

Bart Van Opstal estime que la tendance se maintiendra. "Nous possédons maintenant les résultats pour les sept premières semaines de cette année. Et l’on voit que la diminution des transactions est très limitée pendant chacune de ces semaines. Il semblerait donc que ce soit devenu une tendance", concluait Van Opstal.

Copyright 2017, Noppawan Laisuan, licensed via EyeEm Mobile GmbH