Non, les familles recomposées n’ont pas plus de problèmes que les familles classiques

D’après une récente étude du département flamand du Bien-être, les familles recomposées font encore trop souvent l’objet de préjugés injustes. Ces familles sont composées de deux partenaires, dont au moins un est parent. Elles sont souvent présentées comme ayant plus de préoccupations que d’autres familles, ce qui se révèle être avant tout une fausse idée.

L’enquête a été menée auprès de 200 familles recomposées afin d’étudier leur expérience de vie. Elle a notamment révélé que la situation complexe de ces familles mène justement à une bonne communication entre les partenaires.

"Nous avons sondé les partenaires sur la qualité de leur relation, et il s’est avéré qu’elle est toute aussi bonne que dans d’autres familles", indique la chercheuse Veerle Audenaert. "Globalement, les résultats montrent d’ailleurs que ces familles s’en sortent plutôt bien, et qu’elles n’ont pas plus de problèmes que les familles classiques. C'est parfois même le contraire".

L’étude révèle toutefois davantage de stress par rapport à l’éducation des enfants. Dans les familles recomposées, les mères se font ainsi plus de tracas à ce sujet que dans les familles classiques.

Meilleure répartition des tâches

"Nous avons également pu constater que la répartition des tâches ménagères est plus égalitaire du côté des familles recomposées", souligne encore Veerle Audenaert. "Les mamans évoquent moins de tensions à ce sujet, et les papas soulignent plus souvent qu’ils participent aux différentes tâches. Certains estiment même qu’ils en font trop".

Les plus consultés