Nicolas Maeterlinck

Plusieurs hôpitaux réaménagent leur accueil aux patients à risque

L’hôpital universitaire Saint-Pierre à Bruxelles, qui est l'un des hôpitaux de référence avec l'hôpital universitaire d’Anvers pour les patients infectés ou suspectés d'être contaminés par le nouveau coronavirus en Belgique, a procédé au réaménagement du circuit patient pour la prise en charge des personnes à risque. Celles-ci sont admises dans une salle aménagée expressément à cet effet. A Anvers, des installations séparées sont en cours de construction pour les consultations et le dépistage du virus. Ces "conteneurs" devraient accueillir dès vendredi ou samedi les premières personnes désirant subir un dépistage. Entretemps, l’hôpital universitaire de Gand (photo) en Flandre orientale se prépare lui aussi à l’éventualité d’une épidémie du nouveau coronavirus, pour laquelle les deux hôpitaux de référence à Bruxelles et Anvers ne suffiraient plus.

Concrètement au CHU Saint-Pierre, les patients dits "à risque" sont pris en charge dans une salle séparée. "Cette réorganisation permet de ne pas mélanger les patients, une meilleure organisation des services d'urgence, mais aussi la prise en charge d'un plus grand nombre de personnes. Elle a été mise en place depuis plusieurs jours déjà", expliquait Nathalie Schaar, chargée de communication à l'hôpital.

Mais il n'est pas question, actuellement, de déployer le même dispositif qu'à Anvers. Par ailleurs, l'hôpital bruxellois reçoit un grand nombre d'appels de personnes inquiètes ou en quête d'informations, sans pour autant pouvoir en préciser le nombre exact.

C'est également le cas de l'UZ Antwerpen, qui est largement sollicité pour des demandes de dépistages. Un département de conteneurs séparé y est en cours d'installation depuis mardi. Il devrait être opérationnel dès vendredi ou samedi, ont précisé les responsables de l'hôpital universitaire anversois.

Il est conseillé à toute personne suspectant une éventuelle contamination au virus de contacter d'abord un médecin par téléphone. Ce dernier pourra alors recommander le patient à l'hôpital le plus proche. Un dépistage peut être effectué dans tous les hôpitaux. Lorsqu'un patient est diagnostiqué comme étant porteur du nouveau coronavirus, l'UZ Antwerpen et le CHU Saint-Pierre de Bruxelles sont les hôpitaux de référence pour son admission.

L’UZ Gent se prépare aussi à accueillir d’éventuels patients

D’autres hôpitaux du pays se préparent cependant également à seconder ces deux hôpitaux de référence dans le cas où le nombre de patients contaminés au coronavirus augmenterait en Belgique. C’est le cas de l’hôpital universitaire de Gand.

"Une épidémie évolue en plusieurs phases", indique le professeur Steven Callens, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital gantois. "Pendant la première phase, on tente d’endiguer l’épidémie. Des gens sont priés de rester à la maison pour éviter la propagation du virus. Lors de la deuxième phase, le virus se propage tout de même et plusieurs personnes tombent malades. Elles peuvent alors se rendre dans les deux hôpitaux de référence, qui sont parfaitement équipés pour les accueillir".

Ce n’est qu’en cas de troisième phase que d’autres hôpitaux devront voler à la rescousse. "Si le nombre de malades devait dépasser la capacité des deux hôpitaux de référence, celui de Gand entrerait en action. Pour pouvoir le faire rapidement, l’UZ Gent prend dès à présent les mesures préventives nécessaires", précise le professeur Callens.

"Le pharmacien a ainsi vérifié si les stocks sont bien approvisionnés. La direction a aussi vérifié si suffisamment de membres du personnel pourraient être de garde, et le service des urgences s’est concerté avec le service de prévention des infections. Les concertations sont quotidiennes".

Le professeur Steven Callens rappelle que le nouveau coronavirus n’est dangereux que pour les personnes qui sont déjà affaiblies. Les personnes en bonne santé ne doivent pas se faire du souci, même si elles contractaient le virus.

Les plus consultés