Les sacs en plastique pour fruits et légumes interdits à Bruxelles et en Wallonie

Les sacs en plastique à usage unique pour fruits et légumes seront totalement interdits dans les magasins de la Région de Bruxelles-Capitale et de Wallonie à partir du 1er mars, même s'ils sont biosourcés et compostables à domicile. Cette interdiction s'applique à tous les magasins bruxellois et wallons, aux commerçants des marchés ainsi qu'aux vendeurs ambulants. En Flandre, les sacs plastiques fins pour fruits et légumes ne sont pas encore officiellement interdits. Des supermarchés et chaines de magasins ont cependant pris individuellement l’initiative, depuis le début de 2020, de ne plus les utiliser.

Les consommateurs en Régions bruxelloise et wallonne sont invités dès ce dimanche à utiliser leurs propres emballages pour remplacer les sacs à usage unique: sacs en tissu, boîtes en carton, en plastique, en inox ou encore en verre, à partir de ce 1er mars.

En Wallonie, l'usage de sacs en plastique à usage unique est déjà interdit aux caisses des magasins depuis décembre 2016. Depuis janvier 2018, ceux autorisés pour les fruits et légumes vendus en vrac devaient comporter une teneur minimale en matière biosourcée (40%) et être compostables à domicile.

A Bruxelles, l'interdiction de l'utilisation des sacs de caisse remonte à décembre 2017. Les sacs pour fruits et légumes non biosourcés et compostables à domicile sont eux interdits depuis 2018.

Les plastiques fins pour fruits et légumes pas encore interdits en Flandre

La réduction du plastique à usage unique est une directive européenne, que chaque état membre de l’Union européenne doit appliquer individuellement. En Belgique, il s’agit d’une compétence régionale. La Flandre, la Wallonie et Bruxelles ont donc chacune leur approche.

En Flandre, c’est la Société publique flamande des déchets (OVAM) qui est compétente pour élaborer une politique en la matière. Pourquoi n’interdit-elle pas officiellement les sacs plastiques fins pour fruits et légumes, comme cela sera le cas dès ce 1er mars en Wallonie et à Bruxelles ? Le porte-parole de l’OVAM a indiqué à VRT NWS qu’il ne s’agit pas d’une faiblesse, mais que "la Flandre s’en tient aussi strictement que possible à la directive européenne pour limiter autant que possible les sacs plastiques à usage unique".

"Nous ne voulons pas interdire ces sacs parce que nous craignons que les alternatives - même les sacs de papier - chargeraient encore davantage l’environnement", précise Jan Verheyen.

Les chaines de supermarchés actives en Flandre - encouragées par la fédération du commerce Comeos - n’ont cependant pas attendu une décision de l’OVAM pour prendre des initiatives. Depuis le début de cette année, les sacs plastiques proposés aux clients pour emballer les fruits et légumes présentés en vrac y sont remplacés par des alternatives compostables ou biosourcées. On y trouve ainsi dans les rayons fruits et légumes des sacs en papier, en coton, réutilisables ou biodégradables.

D’après l’OVAM, le fait que ce soient les chaines de magasins qui prennent l’initiative n’est pas un signe d’une politique flamande déficitaire. "Des études scientifiques indiquent que les alternatives au plastique ne sont pas nécessairement meilleures. D’autre part, Comeos ne représente pas tous les commerces. Les marchés, magasins locaux et pharmacies n’en font pas partie".

A noter que les sacs de plastique plus épais (sacs de transport ou distribués aux caisses) sont interdits en Flandre depuis 2017. La règle étant que si un commerçant propose un sac plastique à la caisse, il doit le faire payer au client. Ce prix doit être affiché et mentionné sur le bon de caisse. La mesure est aussi d’application sur les marchés.

Le gouvernement flamand veut réduire les déchets plastiques

Le gouvernement flamand a approuvé un nouveau plan visant à réduire les montagnes de déchets plastiques. Celui-ci a été présenté mardi par la ministre régionale de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) lors d'une visite dans une usine de recyclage à Houthalen (Limbourg). Ce plan se concentre sur le tri, le recyclage et l'élimination de certains produits plastiques.

Il vise d'abord un meilleur recyclage. "Chaque Flamand jette en moyenne 14 kilos de plastiques par an dans les déchets résiduels. Tout cela part dans les incinérateurs", a fait remarquer Zuhal Demir (photo archives). "L'arrivée du nouveau sac PMC au printemps 2021 permettra à tous les Flamands de se débarrasser par ce biais de leurs emballages plastiques ménagers."

Ensuite, le plan 2020-2025 de l'agence publique flamande des déchets (OVAM) ambitionne de créer un marché du recyclage durable pour les plastiques et met l'accent sur le rôle d'exemplarité des autorités publiques. "Depuis le début de cette année, les gobelets jetables sont interdits dans les événements. Nous élargissons cela au matériel de restauration. Les autocollants sur les fruits appartiendront aussi bientôt au passé", a promis la ministre de l’Environnement Zuhal Demir.

Les plus consultés