Yuzuru SUNADA

Coronavirus : L'incertitude règne parmi les équipes cyclistes à la veille des courses italiennes

L'incertitude règne parmi les différentes équipes cyclistes quant à savoir si elles se rendront à Sienne ou non mercredi pour les courses italiennes. "J'ai fait arrêter mes véhicules à Reims", a ainsi expliqué Patrick Lefevere (photo), le manager de Deceuninck-Quick Step. Les Jumbo-Visma de Wout van Aert ne sont pas encore partis non plus.

Les Strade Bianche sont programmées samedi. Les bus, les camions avec le matériel ainsi que les voitures d'équipes partent plus tôt pour l'Italie. "Je ne peux pas en dire beaucoup", a déclaré Lefevere. "Nous n'en savons pas plus que vous. J'ai déjà fait arrêter mes deux véhicules à Reims. Le reste attend dans le service-course à Waregem. Nous attendons maintenant de nouvelles informations pour ces courses."

L'équipe Jumbo-Visma de Wout van Aert attend également des nouvelles. "Nous sommes toujours à l'arrêt, aux Pays-Bas, et nous n'avons pas encore laissé partir ni le bus ni le camion. Nous attendons des informations officielles, espérons qu'elles tombent dans la matinée ou dans la journée", indique le porte-parole Ard Bierens. "On ne peut plus attendre."

Circus-Wanty Gobert est déjà parti mardi soir. "Notre camion et notre bus sont en route", a expliqué le directeur sportif Hilaire Van der Schueren. "Les voitures aussi ont démarré. Les coureurs s'envolent aujourd'hui, demain (jeudi) une reconnaissance des routes de gravier est prévue car c'est notre première participation. C'est ennuyeux de ne pas savoir grand chose, mais nous ne pouvions pas attendre plus longtemps."

Les médecins des équipes cyclistes demandent l'annulation des courses italiennes

Quatorze médecins d'équipes cyclistes professionnelles ont demandé dans un communiqué de presse, mercredi, d'annuler les courses italiennes Strade Bianche (7 mars), Tirreno-Adriatico (11-17 mars) et Milan-Sanremo (21 mars). "Le virus Covid-19 peut avoir un impact sur la santé des coureurs", déclarent-ils.

Les médecins citent quatre points importants dans leur argumentation. Tout d'abord, ils affirment que la santé des coureurs, du personnel et du public doit être la priorité.

"D'autres sports annulent des événements en masse. Il n'y a aucune raison pour que l'organisation mette les coureurs dans des situations dangereuses", estiment les médecins des équipes.

Deuxièmement, si les courses se poursuivent, la "capacité de diagnostic" devrait être assurée. Chaque année, des coureurs tombent malades lors d'une course par étapes comme Tirreno-Adriatico. La question est donc de savoir si l'ensemble de l'équipe doit être mise en quarantaine et pour combien de temps. La course serait complètement décapitée. L'organisation n'a pas encore communiqué de plan".

"Troisièmement, en cas de chute, un coureur cycliste devra probablement être transporté dans un hôpital hors d'Italie. Les hôpitaux italiens sont en pleine période d'épidémie et la pression du travail est très élevée. L'organisation n'a pas encore communiqué de plan en la matière".

Enfin, les médecins insistent sur les problèmes logistiques auxquels les équipes sont confrontées. "Les coureurs et le personnel peuvent être mis en quarantaine, alors que certaines équipes ont toujours des coureurs et du personnel d'encadrement en quarantaine dans les Emirats. Ainsi, le printemps d'une équipe sera hypothéqué, tout comme sa préparation à des courses importantes telles que le Giro et le Tour".

Les médecins des équipes du WorldTour, Lotto Soudal, Jumbo-Visma, CCC, Sunweb, EF Education First, Cofidis, Movistar, Israel Start-Up Nations mais aussi celles d'Alpecin-Fenix, Total Direct Energie et Rally Cycling ont signé la pétition. Les médecins de Bahrain-McLaren et d'Ineos se sont également joints à l'action.

Les plus consultés