AFP or licensors

Crise migratoire: le président turc ce lundi à Bruxelles pour discuter avec l’UE

Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rends ce lundi en Belgique afin de discuter de la question migratoire avec des responsables de l'Union européenne. La visite du dirigeant turc intervient peu après son appel à la Grèce à ouvrir ses portes aux migrants qui se trouvent à la frontière entre les deux pays.

"Je vais avoir une rencontre avec des responsables de l'Union européenne demain en Belgique", a déclaré dimanche M. Erdogan, lors d'un discours à Istanbul retransmis à la télévision, ajoutant "espérer revenir de Belgique avec des résultats différents".

Il a également appelé la Grèce à "ouvrir ses portes" aux migrants, auxquels Ankara a annoncé avoir ouvert ses frontières, et à les laisser entrer dans le reste de l'Union européenne. "Hé, la Grèce! Je te lance un appel... Ouvre tes portes également et libère-toi de ce fardeau", a lancé M. Erdogan lors d'un discours télévisé à Istanbul. "Laisse-les aller dans d'autres pays européens", a-t-il ajouté.

A Bruxelles, on a annoncé que M. Erdogan rencontrerait lundi à 18h00 le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Ils discuteront notamment "des problèmes de migration, de sécurité, de la stabilité dans la région et de la crise en Syrie", a annoncé sur Twitter un porte-parole de Charles Michel.

Des milliards d’euros "insuffisants"

Des milliers de migrants tentent de passer la frontière entre la Turquie et la Grèce depuis que le président turc a annoncé le 29 février qu'il cessait de respecter un accord de mars 2016 avec l'Union européenne, prévoyant que les migrants restent en Turquie, en échange d'une aide financière européenne à Ankara. Aux termes de cet accord, la Turquie avait accepté de contenir le flot des migrants qui fuient la guerre en Syrie, en échange de plusieurs milliards d'euros. Mais Ankara estime l'aide obtenue pour l'instant insuffisante pour faire face au coût des quatre millions de migrants et de réfugiés, principalement Syriens, qu'elle accueille depuis des années.

La Turquie souhaite aussi obtenir le soutien de l'UE à ses opérations militaires dans le nord de la Syrie. L'offensive du régime syrien -- appuyé par Moscou -- contre la province d'Idleb (nord-ouest), dernier bastion rebelle en Syrie, a provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d'un million de personnes déplacées.

Ankara redoute qu'elles affluent vers son territoire. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell et le président du Conseil européen Charles Michel avaient rencontré à Ankara mercredi M. Erdogan. Celui-ci s'est aussi entretenu au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui avait piloté les négociations ayant abouti à l'accord de 2016.

Les plus consultés