Grâce aux fortes pluies des semaines passées, le niveau des eaux souterraines remonte

Les précipitations abondantes du mois de février ont fait nettement remonter le niveau de la nappe phréatique presque partout en Flandre. C’est ce qu’a mesuré la Société environnementale flamande (VMM). En la plupart des endroits, la nappe souterraine est remontée à un niveau pratiquement normal pour cette période de l’année. C’est une bonne nouvelle - pour l’agriculture comme pour la production d’eau potable - notamment pour le cas où la Flandre vivrait à nouveau un été très sec. En certains endroits, la pluie a même fait sortir les cours d’eau de leur lit.

Les mesures effectuées par la Société environnementale flamande révèlent que le niveau de la nappe phréatique est presque revenu à son niveau normal pour cette saison, dans la plupart des points de mesure en Flandre, grâce aux fortes pluies de ces dernières semaines. Au début du mois de février le niveau des eaux souterraines était encore bas pour la saison.

"Ce mardi et les jours à venir, il pleuvra encore davantage. Le niveau de la nappe phréatique pourra alors bien se stabiliser", indiquait Katrien Smet de la VMM.

"En certains endroits de Flandre, et notamment en Brabant flamand et au sud du Limbourg, les niveaux d’eau restés assez bas pourront ainsi remonter".

La situation a changé en un mois de temps

Le mois de février aura été le quatrième mois le plus humide depuis 1981, mais il faut relativiser les semaines pluvieuses passées. Si l’on considère l’entièreté de l’hiver météorologie (décembre-janvier-février), alors les chiffres de pluviosité pour Uccle sont assez normaux (un total de 230,3 millimètres, contre 220,5 millimètres en temps normal).

Mais qu’est-ce que cela signifie précisément pour le niveau de la nappe phréatique ? Car la situation à la fin de l’hiver n’était toujours pas ce qu’elle aurait dû être, dans des conditions normales.

Il y a un mois, le 9 février, les niveaux relatifs des eaux souterraines étaient encore très bas dans 42,2% des endroits, bas dans 24% des endroits, normaux dans près de 30%, et dans 3,9% des endroits élevés jusqu’à très élevés pour la période de l’année.

"Grosso modo, les niveaux relatifs de l’eau souterraine n’avaient que peu changé depuis le début du mois de novembre. Ce qui signifiait que la réalimentation de la nappe phréatique se passait de façon normale pour la période de l’année, mais que le manque d’eau souterraine n’avait pas été comblé", indiquait à l’époque la Banque de données sur la Flandre souterraine.

Grâce aux fortes pluies de ces dernières semaines, la situation s’est donc nettement améliorée, et des réserves ont pu être créées. C’est une bonne nouvelle pour la nature et l’agriculture, notamment pour l’éventualité d’un été très sec (photo).

En certains endroits, les pluies très abondantes ont même fait sortir les cours d’eaux de leur lit, mais les bassins d’orages construits ces dernières années ont permis d’éviter que des maisons soient encore inondées.