CHECK : Faire des provisions n’a pas de sens en période de coronavirus

Toutes sortes de conseils et mises en garde circulent récemment sur WhatsApp, par mail ou par sms, concernant la pandémie du nouveau coronavirus. Nombre de ces messages recèlent toutefois des informations trompeuses ou peu fiables. Mieux vaut donc s’en méfier, ne pas les partager, et continuer à suivre les informations officielles des autorités. La rédaction de la VRT a vérifié une série de publications douteuses qui circulent sur le Net. 

Parmi ces informations suspectes, on retrouve celle selon laquelle il vaut mieux faire des provisions face à l’arrivée d’un ‘lockdown’ dans le pays. Le message, qui circule notamment sur WhatsApp et par sms, sème une panique inutile et non fondée. Elle a mené de nombreuses personnes à se ruer dans les supermarchés, ce qui a eu des conséquences sur certains rayons vidés de leurs produits. 

"Plus d'achats mais assez de produits"

D'après la fédération belge du commerce, Comeos, les achats ont ainsi augmenté de 10 à 15%. Les produits les plus demandés sont le papier toilettes et les pâtes. Comeos souligne toutefois qu'il n'y a aucun problème de ravitaillement. Tous les centres de distribution sont remplis. La fédération précise par ailleurs que les rayons vides sont également dûs au fait que le personnel prend du temps à les réapprovisionner.

D'après l'économiste Paul De Grauwe, invité jeudi soir sur le plateau de la VRT, le comportement des citoyens est lié à un manque de confiance envers les autorités. "Les gens ne croient ce qu'on leur dit", souligne-t-il. De son côté le virologue Marc Van Ranst met en garde contre un comportement infectieux. "Les gens voient sur les réseaux et dans les infos d'autres gens se précipiter dans les supermarchés, et ça les pousse à en faire de même, même ce n'est pas une bonne idée", indique-t-il. 

Comportement de hamster

De bonnes sources, la rédaction de la VRT a par ailleurs pu confirmer qu’un scénario de lockdown n’était pas prévu et qu’il n’était dès lors pas nécessaire de s’approvisionner. Pour la petite anecdote, faire des provisions se dit "hamsteren" en néerlandais, un verbe qui provient du mot hamster, un animal bien connu pour amasser de la nourriture dans ses bas-joues.  

On notera en passant que même en Italie, les supermarchés et autres grandes-surfaces sont restées ouverts malgré le confinement généralisé. 

Le 'lockdown', un mot qui fait peur

"Nous ne pouvons évidemment pas contrôler tout ce qui circule dans des groupes fermés sur WhatsApp ou ailleurs", indique le porte-parole de l’Agence flamande pour les Soins et la Santé, Joris Moonens. "Il est recommandé de faire usage de votre bon sens, et de consulter avant tout les informations des autorités ou encore des virologues tels que Marc Van Ranst ou Steven Van Gucht", ajoute-t-il. 

Le terme de ‘lockdown’ est un mot chargé émotionnellement. Il sous-entend un arrêt total du pays, et reflète l’image de villages déserts dans lesquels personne ne circule. Rien ne laisse à l’heure actuelle penser que ce scénario aura lieu. Les autorités du pays prendront toutefois de nouvelles mesures qu’il faudra de préférence suivre à la lettre.  

Les plus consultés