Zuhal Demir vise une meilleure protection des loups en Flandre

La ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) veut renforcer le statut de protection du loup à son plus haut niveau. C’est ce qu’elle a annoncé ce jeudi lors d'une réunion de la plate-forme loups à Genk, dans le Limbourg.

A cette réunion étaient conviés l'Agence flamande de la nature et des forêts (Agentschap Natuur en Bos) et la plate-forme loups, qui se compose de tous les acteurs concernés - comme les associations environnementales et de chasseurs, Landelijk Vlaanderen et les organisations agricoles. L'objectif était de donner des explications sur les mesures supplémentaires prises par la ministre pour mieux protéger le loup et faciliter la cohabitation avec l'animal.

Zuhal Demir proposera donc à ses collègues du gouvernement d'ajouter l'espèce de canidés à l'annexe III du Décret nature, soit le plus haut niveau de protection. Les amendes en vigueur seront dès lors doublées. En outre, pendant la saison d'accouplement, des zones de repos supplémentaires seront délimitées, où il n'y aura pas de chasse ou aucune autre activité.

La ministre Demir souhaite une surveillance accrue sur le terrain, grâce à une coordination renforcée entre forestiers, inspecteurs de l'environnement, gardes de domaine militaire et, dans la mesure du possible, les inspecteurs de la police fédérale et locale. Le réseau de caméras de surveillance sera aussi élargi et de nouveaux projets de recherche, y compris avec des chercheurs français, mis en place.

Enfin, la ministre flamande de l'Environnement a annoncé des mesures pour améliorer la coexistence avec les loups. Les éleveurs pourront ainsi éviter les dégâts en prenant les bonnes mesures, et obtenir des subsides, en installant des clôtures non électrifiées par exemple. "Le loup est une espèce animale protégée. Il est de notre devoir, non seulement d'assurer sa protection, mais aussi de rendre la vie avec les loups possible", concluait Zuhal Demir.