Sabine Joosten

Des résidents belges bloqués au Maroc après la décision de Rabat de suspendre les vols

Des résidents belges sont bloqués au Maroc après la décision de Rabat de suspendre les vols vers la Belgique. "Nous sommes des dizaines bloqués au Club Med d'Agadir", témoigne cette résidente belge d'origine marocaine sans information de son tour-opérateur TUI et dans l'attente éventuelle d'une solution proposée par Europe Assistance. Un vol était en principe prévu demain/dimanche.

Celle-ci revient d'un voyage privé de quinze jours et s'est arrêtée au Club Med d'Agadir d'où elle espérait regagner la Belgique. Le Maroc avait déjà suspendu vendredi ses liaisons avec la France. Deux-cents Parisiens se trouvent également au Club Med d'Agadir et une solution les concernant semblait compromise. Une réunion était en cours samedi au Club Med d'Agadir.

Personne n'était disponible samedi aux Affaires étrangères pour commenter la situation. "Ici, c'est un peu la panique", a commenté la résidente belge.

TUI examine les possibilités pour les Belges bloqués à l'étranger

L'opérateur de voyages TUI examine, samedi, les solutions possibles pour les vacanciers belges présents dans des pays qui ont décidé de bloquer les vols en provenance de certains pays, dont la Belgique. "Nous sommes en train de cartographier toute la situation", déclare le porte-parole de la compagnie, Piet Demeyere.

Le Maroc et la Turquie font partie des pays qui ont bloqué les vols arrivant de Belgique. "La nouvelle nous est parvenue si rapidement, juste avant le week-end, que nous sommes actuellement occupés à cartographier la situation et à examiner combien de personnes se trouvent dans les pays en question", indique Piet Demeyere.

Les annulations de vols vers un pays donné peuvent être prises en charge relativement rapidement, car l'opérateur doit alors simplement appeler les clients concernés et les informer que leur voyage ne peut pas avoir lieu.
La question se porte plutôt sur les conséquences de l'interdiction des vols pour ceux qui sont déjà présents dans ces pays. "Ils n'ont pas à revenir pour le moment, puisqu'il s'agit d'une interdiction d'entrée et que ceux qui sont déjà présents sont donc autorisés à y être", explique le porte-parole. "Mais il est possible que leurs vacances ne se passent pas comme prévu, c'est pourquoi nous voulons accélérer les choses pour évaluer les options".

TUI souligne également que les compagnies aériennes belges qui souhaitent faire voler des avions vides vers les pays en question, afin d'y récupérer des compatriotes, doivent obtenir l'autorisation des autorités.

L'opérateur Corendon a annoncé, lui, qu'il assurera les vols réguliers, samedi. "Nous n'apportons pas de nouveaux clients, mais nous venons chercher ceux dont les vacances sont terminées", explique la porte-parole Audrey Denkelaar. La compagnie réfléchit à la manière de procéder dans les semaines à venir.