Le gouvernement Wilmès obtient la confiance de la Chambre

Outre les partis siégeant au gouvernement, soit le MR, le CD&V et l'Open VLD l'exécutif a obtenu la confiance des socialistes (PS et SP.A), des écologistes (Ecolo-Groen), du CDH, de DéFI et du député indépendant Emir Kir. La N-VA et le Vlaams Belang rejoints par le député indépendant Jean-Marie Dedecker ont voté contre, tout comme le PTB-PVDA.

Ce vote s'est déroulé d'une manière très particulière, en raison des mesures de distanciation sociale prises pour freiner la propagation du coronavirus (Covid-19).

Un appel nominal et un vote au moyen d'un bulletin ont été effectués dans trois salles différentes dont l'hémicycle. Les députés dont les noms de famille commencent par les lettres A à K ont voté dans l'hémicycle, L à S dans la salle de commission "Jacques Brel" et T à Z dans la salle de commission "Père Damien".
A l'issue du vote, les députés ont été invités à regagner leur bureau dans l'attente des votes concernant les deux textes de loi à l'ordre du jour de la séance plénière qui suit, dont celui portant sur les douzièmes provisoires.

Le gouvernement Wilmès est donc à présent juridiquement de plein exercice sur l'ensemble de ses compétences, même si la Première ministre a promis mardi à la Chambre de ne pas dépasser le cadre des affaires courantes pour les sujets qui ne relèvent pas de la crise du coronavirus.

Bien que de plein exercice, ce gouvernement n'est pas d'emblée investi de pouvoirs spéciaux. Le vote d'un projet ou d'une proposition de loi à la majorité simple doit avoir lieu en ce sens.

Une conférence des présidents a été convoquée à l'issue de la séance plénière.
 

Les plus consultés