© Zoonar/ranczandras - creative.belgaimage.be

L’amour au temps du coronavirus : Sensoa prône la créativité virtuelle

Peut-on avoir des relations sexuelles avec un nouveau partenaire en pleine période d’épidémie au coronavirus ? Sensoa, le centre Flamand d'expertise sur la santé sexuelle et l'Institut de médecine tropicale d'Anvers le déconseillent et font appel à la créativité virtuelle. "Le sexe signifie la proximité et la période est peu propice aux échanges de fluides, sous peine de s'exposer à une fatale projection buccale de gouttelettes qui propagerait le virus", déclare Boris Cruyssaert de Sensoa.

Sensoa conseille aux utilisateurs de sites de rencontres comme Tinder et Grindr de faire une pause. "Faites très attention, en période de coronavirus vous devez toujours garder vos distances. Bien sûr vous pouvez rester en contact les uns avec les autres par voie numérique. Mais les relations sexuelles avec des inconnus ou en groupe dans des clubs échangistes ne sont pas à conseiller actuellement, tout comme les nouvelles rencontres. Certains ne se rendent pas compte qu'ils propagent également le coronavirus par le biais du sexe", a déclaré Boris Cruyssaert dans "De ochtend " sur Radio 1.

Quelle que soit la technique sexuelle utilisée (orale, anale, etc.), le sexe est toujours synonyme de proximité.

Même pendant la période de confinement, qui a débuté il y a 8 jours en Belgique, la polyclinique de l’Institut tropical d'Anvers a reçu des patients atteints d'une maladie sexuellement transmissible (MST). "Tout le monde ne suit pas les recommandations. En effet, certaines personnes viennent encore consulter pour une MST qu'elles viennent de contracter. C'est inquiétant", ajoute Boris Cruyssaert.

Quelle que soit la technique sexuelle utilisée (orale, anale, etc.), le sexe est toujours synonyme de proximité. Même s’il n'y a pas encore de preuve scientifique que le coronavirus se trouve dans le sperme. La salive est le principal vecteur de transmission du virus or il est assez difficile d'avoir des relations sexuelles sans projection buccale de gouttelettes de salive.

"Même si certains sites donnent des conseils sur certaines techniques sexuelles à utiliser pour éviter la contamination...Les risques de transmission restent élevés et ce pour tous les actes sexuels", explique Boris Cruyssaert. "Toute forme de sexe avec des inconnus dans la vie réelle est déconseillée".

La créativité virtuelle peut offrir une alternative au plaisir solitaire, ajoute Boris Cruyssaert : "Les gens sont très créatifs en cette période, on peut le voir sur les réseaux sociaux. Mais le sexe virtuel ne doit pas être posté, bien sûr. Restez discret".