STEPHANIE LECOCQ

490 nouvelles hospitalisations et 69 décès à déplorer ces 24 dernières heures

Le coronavirus a fait 69 décès en Belgique depuis jeudi midi, ont annoncé ce vendredi le Centre de crise et le service public fédéral Santé publique lors de leur bilan quotidien. 490 personnes supplémentaires ont été hospitalisées depuis jeudi, pour un total de 3.042 malades à l’hôpital, dont 690 sont aux soins intensifs (+85). Quelque 183 personnes ont par contre pu quitter l’hôpital.

Le Conseil national de sécurité se réunit ce vendredi à 14h. Un prolongement des mesures de confinement au-delà du 5 avril sera très probablement annoncé. 

Depuis jeudi midi, 1.049 patients ont été testés positifs au Covid-19, dont 772 en Flandre, 137 à Bruxelles et 131 en Wallonie. Pour 9 personnes, l'origine n'est pas encore connue. Au total, cela porte à 7.284 le nombre de contaminations qui ont été confirmées en Belgique depuis le début de la crise. Les experts rappellent que nombre d’autres cas de contamination n’ont pas (encore) été analysés en laboratoire, souvent parce que les patients n’ont que de légers symptômes.

Sur les 690 personnes qui se trouvent en soins intensifs, 498 nécessitent une assistance respiratoire, soit une augmentation de 78 cas depuis la veille. Au total, le virus a fait 289 morts en Belgique depuis le début de l'épidémie.

Plus positif cependant est le fait que 183 personnes ont pu sortir de l'hôpital jeudi. Et tant le nombre de nouveaux cas confirmés que le nombre de nouvelles hospitalisations et de patients admis aux soins intensifs au cours des précédentes 24h sont en baisse depuis la veille. Les décès sont néanmoins en hausse, avec 69 personnes décédées en 24h.

Un chat contaminé par son maître : cas isolé

que son maître l'ait contracté, comme l'a mis en évidence la faculté de médecine vétérinaire de Liège. L'animal présentait des symptômes comme de la diarrhée et des difficultés à respirer. Il s'agit d'un cas de transmission de l'homme vers l'animal et non de l'animal vers l'homme.

C'est un "cas isolé" qui s'est produit après un "contact rapproché" entre le chat et son maître. "Il n'y a aucune raison de penser que les animaux sont des vecteurs de l'épidémie", a indiqué le virologue Emmanuel André sur base d'informations de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Les experts proposent néanmoins d'adopter une série de précautions pour les personnes infectées qui ont un animal de compagnie.

Emmanuel André - porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19 - a également évoqué la durée de survie du virus sur les surfaces: "Il peut survivre de quelques heures à quelques jours en fonction du type de surface et de la température. Comme nous ne pouvons pas agir sur ces éléments extérieurs, la façon de se protéger est toujours l'hygiène: se laver les mains et nettoyer les surfaces, notamment publiques (comme les poignées de portes)."

Yves Stevens, le porte-parole du Centre de crise, a également insisté sur l’importance de suivre strictement les consignes de prudence et de "distanciation sociale" aussi pendant le week-end à venir, pour tenter d’endiguer aussi rapidement que possible la propagation du coronavirus. "Ne faites pas preuve de créativité pour contourner les consignes. Faites plutôt preuve de solidarité à l’encontre des plus vulnérables", a notamment encouragé Yves Stevens. 

Pour toutes les questions sur les mesures de prévention décrétées en Belgique, consultez le site internet info-coronavirus.be ou téléphonez au numéro 0800-14.689.

Sciensano

Réunion très attendue du Conseil national de sécurité

Le Conseil national de sécurité (CNS) se réunira ce vendredi à 14h sous la présidence de la Première ministre, Sophie Wilmès. Il prendra connaissance du rapport des experts du "risk management group", évaluera les mesures déjà prises et le cas échéant en prendra de nouvelles ou du moins les prolongera au-delà du 5 avril.

Depuis le 17 mars et une réunion précédente du CNS, les Belges sont soumis à des règles strictes de confinement. Les mesures étaient prévues au moins jusqu'au 5 avril et il semble aujourd'hui plus que vraisemblable qu'elles seront prolongées. "Une chose est certaine, nous allons devoir poursuivre les mesures actuelles. Le nombre de personnes hospitalisées augmente et on est loin du pic. Nous devons tout faire pour éviter que les hôpitaux soient saturés. Pour combien de temps? On verra en fonction de ce que les experts vont nous dire", a expliqué le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, au micro de la RTBF.

L'un de ces experts, le virologue et porte-parole interfédéral pour la pandémie, Steven Van Gucht, a confirmé le scénario de la prolongation sur les ondes de Radio 1 (VRT). En chœur, les responsables politiques rappellent à la population l'importance de respecter les règles édictées pour juguler la propagation du covid-19. Il est possible que celles-ci soient clarifiées, éventuellement durcies, notamment à propos des loisirs et des déplacements et concentrations qu'ils entraînent. Plusieurs activités sont évoquées, dont l'impact sanitaire peut varier suivant que l'on habite en ville ou à la campagne.

Steven Van Gucht n'est pas partisan d'une limitation de la durée ou de la distance que peuvent, par exemple, parcourir les joggeurs et les cyclistes. Ce qui compte, selon lui c'est le respect de la règle de distance sociale. Interrogée jeudi à la Chambre, la Première ministre, Sophie Wilmès, a également indiqué qu'elle avait demandé aux partenaires sociaux de prendre contact avec le Centre de crise afin d'affiner la liste des secteurs d'activité essentiels où les règles sanitaires sont appliquées avec plus de souplesse.

Le CNS réunit outre la Première ministre, les ministres compétents, les ministres-présidents des Régions et Communautés ainsi que les représentants des instances publiques en charge de la crise.