Belga

Vivre confiné : les conseils de l’astronaute Frank De Winne

En 2009, l’astronaute belge, Frank De Winne, avait été placé 14 jours en quarantaine avant de partir vivre 6 mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Contacté par Radio 1 (VRT), il explique que les préparatifs et le voyage dans l’espace peuvent d’une certaine manière être comparés au confinement que nous vivons actuellement. Frank De Winne nous donne dans ce cadre quelques conseils pour vivre au mieux cette étrange période.

Avant de partir, chaque astronaute est mis en quarantaine pour une période de deux semaines. L’objectif est d’éviter d’embarquer dans la station spatiale des virus ou des maladies bactériennes.

"L’idée est de limiter les risques. Durant cette quarantaine, nous appliquons finalement ce qu’on applique aujourd’hui, c’est-à-dire maintenir une distance de 1,5 mètres avec les autres, se désinfecter souvent les mains, et ne tenir de réunions que dans de grandes salles et avec le moins de monde possible", explique l’astronaute.

Enfermés à plusieurs

Une fois dans l’espace, la distance sociale n’est évidemment plus possible. Mais là aussi, Frank De Winne voit une similitude avec le confinement que nous vivons.

"On peut en effet comparer ça au fait de se retrouver à la maison avec son partenaire et ses enfants, dans un petit espace", estime l’astronaute belge, qui a été aux commandes de l’ISS lors des deux derniers mois de sa mission.  

Quand on vit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 avec quelqu’un, pendant 6 mois d’affilée, la structure et la communication sont primordiaux

Frank De Winne, astronaute

"L’important, c’est de garder une structure dans sa routine quotidienne. Il faut essayer de créer une nouvelle routine, une autre structure, car les gens en ont besoin, surtout les enfants", indique-t-il.

"Il est également très important de continuer à se parler, et à communiquer. Je devais d’ailleurs veiller à cela en tant que commandant de l’ISS. Il faut autant que possible travailler en tant qu’équipe pour créer une bonne atmosphère. Et quand les choses ne vont pas bien, ou quand il y a un problème, il est important de le communiquer", précise Frank De Winne.

"Les astronautes sont entraînés pour cela. Nous suivons une formation qui s’intitule ‘Performance humaine et comportement’. Elle concerne les petites habitudes qu’on peut avoir, mais qui peuvent être irritantes pour une personne de votre entourage. Quand on vit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 avec quelqu’un, pendant 6 mois d’affilée, la structure et la communication sont primordiaux".

"Le plus dur c’est l’absence de contact"

Malgré les entraînements suivis par les astronautes, certains aspects d’une mission spatiale demeurent difficiles à vivre. "Le plus dur pour moi, ça reste le fait de devoir être loin de ses proches, de sa femme et de ses enfants, durant une longue période", témoigne-t-il.

"Aujourd’hui, on peut également ressentir la même chose", poursuit Frank De Winne. "Ma maman vit par exemple dans un centre de soins pour personnes âgées. Elle ne peut plus avoir de visite, et donc on essaie vraiment de skyper le plus souvent possible pour garder un contact vidéo. C’est ce qu’on fait aussi depuis la Station spatiale, mais malgré tout, ce n’est pas la même chose. Ça reste très difficile".

Les plus consultés