AFP or licensors

"Nous pourrions envoyer des volontaires en Italie ou en Espagne mais nous ne le faisons pas"

"Nous pourrions envoyer des médecins en Italie ou en Espagne où des centaines de patients décèdent tous les jours mais nous ne le faisons pas", constate Frank Vandeputte, médecin généraliste à Hove (Anvers). Dans l'émission "De ochtend", ce lundi matin sur Radio 1 (VRT), il dénonce un manque de solidarité européenne.

Frank Vandeputte voudrait agir. Il en a assez d'attendre. "En ce moment, les hôpitaux se préparent à faire face à l’épidémie et de nombreux services sont fermés. De plus, les gens ont changé d'attitude vis-à-vis des médecins pendant cette crise : ils font beaucoup moins appel à nous", ajoute Frank Vandeputte. Par exemple, ils reportent de plus en plus souvent leur admission à l'hôpital parce qu'ils ont peur d'y être infectés.

D'autres hôpitaux (sans les départements COVID-19, ndlr) doivent faire face à un excédent de personnel qui est d’habitude employé pour les consultations ou dans le service où sont soignés les patients après une opération", ajoute Frank Vandeputte. "Les jeunes médecins qui font une formation en vue d’une spécialisation sont mis au chômage temporaire".

Or, des centaines de patients atteints du coronavirus meurent chaque jour en Italie et en Espagne, deux pays dramatiquement touchés. "Le personnel médical, là-bas, est exténué. Les médecins sont fatigués, font des erreurs et deviennent de plus en plus sensibles au virus. En attendant, des médecins sont ici sans pouvoir rien faire d’autre qu’attendre... Nous pourrions déjà nous préparer à envoyer des volontaires là-bas dès que le pic sera passé ici et que la situation sera sous contrôle".

La semaine dernière, Cuba a envoyé une équipe de 50 médecins et infirmières à Bergame, la ville la plus touchée d'Italie. Il s’agit de personnel médical hautement spécialisé, avec une longue expérience dans le traitement des maladies infectieuses. Certains membres de cette équipe médicale se sont également retrouvés dans le passé à travailler pour endiguer les épidémies d’Ebola en Afrique. En quittant l’aéroport de Milan, l’équipe médicale cubaine a été accueillie par de longs applaudissement.

Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
LaPresse