Des dizaines de Belgo-Marocains toujours bloqués au Maroc

Des dizaines de Belgo-Marocains, toujours bloqués au Maroc, veulent rentrer en Belgique où se trouve leur famille. Or le Maroc a fermé ses frontières et son espace aérien. Ces personnes ont souvent la double nationalité mais l’Etat marocain ne considère qu’une seule nationalité: la nationalité marocaine. Les décisions du pays s’appliquent à eux en tant que marocains. Et le Maroc interdit à ses ressortissants de quitter le pays suite à la pandémie de coronavirus. La VRT a récolté les témoignages de quelques personnes coincées au Maroc.

Après le déclenchement de la crise du coronavirus, de nombreux vols ont été annulés en provenance et à destination de l'étranger. Pour rapatrier le millier de Belges bloqués plusieurs vols ont rapidement été organisés de la Belgique vers le Maroc. Il s'agissait principalement de rapatrier des touristes qui se trouvaient dans la région de Marrakech et d'Agadir. Mais des dizaines de Belges d'origine marocaine se trouvent actuellement toujours bloqués dans le nord du pays, soit à environ 900 km de Marrakech et ils se sentent abandonnés.

Incompréhension face à l’attitude de la Belgique

"Nous tentons constamment de contacter l'ambassade de Belgique, mais nous obtenons toujours la même réponse : il n'y aura pas de solution tant que l'espace aérien marocain sera fermé", témoigne un de ces Belgo-Marocains de façon anonyme à la VRT. Il ne comprend pas le choix du gouvernement belge de n'envoyer que des vols vers Marrakech et Agadir : "Sur les réseaux sociaux, des messages circulent selon lesquels la Belgique se préoccuperait surtout de sa population autochtone". Selon lui, beaucoup de Belges d'origine marocaine ont été abandonnés à leur sort : "Il y a ici des gens qui ont un besoin urgent d'aide médicale et des personnes âgées qui ne peuvent se déplacer qu'en fauteuil roulant".

"Je me sens abandonné"

Un homme plus âgé témoigne également, Ahmed El Makhfi est âgé de 71 ans, originaire de Zelzate, en Flandre orientale, il était parti en janvier dernier pour sa ville natale de Nador, dans le nord du Maroc. Il a rapidement tenté de rentrer en Belgique avant le confinement, mais sans succès : "Je me sens complètement seul, sans ma famille. Je n'ai aucune information sur la date à laquelle je pourrai rentrer en Belgique. C'est triste". Ahmed El Makhfi lance un appel aux gouvernements belge et marocain pour l'aider à rentrer en Belgique : "Personne n'est autorisé ni à entrer ni à sortir du pays. Je suis vraiment désespéré".

Une courte visite devenue un lockdown

Ahmed Bouazzaoui est également bloqué dans le nord du Maroc. Ahmed a la nationalité néerlandaise mais vit à Bruxelles depuis des dizaines d'années, où sa femme et ses enfants l'attendent. Le 13 mars dernier, il s'est rendu au Maroc pour ce qui devait être une courte visite. Jusqu'à trois fois, il a essayé de réserver un vol commercial du nord du Maroc pour rentrer en Belgique, sans succès.

Ahmed Bouazzaoui se sent complètement abandonné par le gouvernement belge : "Si on avait pensé à nous dès le début, nous serions maintenant avec nos enfants. La semaine dernière, j'ai été très malade. Heureusement, j'ai été soigné dans un hôpital local". Tout comme en Belgique, la vie sociale est inexistante ici. Au Maroc, il y a un verrouillage complet : "Nous devons même avoir une autorisation écrite des autorités pour faire des courses".

JALAL MORCHIDI